Moncton: le logement et la sécurité au coeur du débat entre Dawn Arnold et Erik Gingles

Les deux candidats à la mairie de Moncton ont pu confronter leurs visions pour l’avenir de la ville lors d’un débat organisé lundi par la chambre de commerce de la région.

La mairesse sortante, Dawn Arnold, a profité de l’exercice pour vanter son bilan à la tête du conseil municipal.

«Nous sommes devenus la plus grande ville de la province et son moteur économique. Nous sommes une destination de choix pour des personnes qui cherchent un nouveau départ, une plaque tournante pour les investissements et une région enviée par tous, a-t-elle exprimé. Cela ne s’est pas produit par accident. Ce sont les fruits d’une stratégie favorisant la croissance et la prospérité.»

Son concurrent, Erik Gingles, a opté pour un ton plus offensif, critiquant certaines décisions du conseil municipal, comme celle de subventionner un événement de l’Ultimate Fighting Championship à hauteur de 150 000$.

L’entrepreneur, fondateur du site de nouvelles Buzzlocal, reproche aussi à la municipalité un manque d’action sur les questions sociales.

«Prendre tout le crédit pour les tendances économiques positives, mais faire porter le blâme des défis croissants tels que la criminalité, l’itinérance et la pauvreté infantile sur d’autres gouvernements me semble un peu malhonnête», lance-t-il.

Dawn Arnold assure que les préoccupations croissantes au sujet des conditions de vie des plus démunis la «tiennent éveillée la nuit». Elle va jusqu’à promettre d’éradiquer l’itinérance au terme des quatre prochaines années.

Une caricature d’affiche électorale réalisée par l’artiste André Boulard. – Gracieuseté

L’année dernière, le conseil municipal a en effet accepté de participer au financement du projet de l’organisme Marée montante. Ce projet, soutenu par les trois paliers de gouvernement, consistera à acheter et rénover des habitations à travers la ville pour en faire des logements abordables qui profiteront à 125 personnes sans-abris, un «premier pas vers une solution durable à long terme» selon la candidate.

Mme Arnold note que Moncton réévalue actuellement l’ensemble des investissements sociaux de la municipalité, et se penche sur la possibilité d’établir une «politique de protection des locataires», et des «zonages inclusifs».

La candidate est convaincue qu’une réduction de la «double imposition» des biens immobiliers non occupés par leur propriétaire, assujettis à la fois aux taxes de la province et de la municipalité, permettrait de favoriser la construction de logements abordables.

«Cela semble être la principale barrière pour tout promoteur immobilier», avance-t-elle.

De son côté, Erik Gingles souhaite une approche «plus proactive» sur la question du logement et des discussions avec les promoteurs immobiliers pour identifier les mesures à prendre. Il propose par ailleurs un soutien financier accru en faveur des services de première ligne, tout particulièrement ceux qui travaillent auprès des jeunes en difficulté.

Une caricature d’affiche électorale réalisée par l’artiste André Boulard. – Gracieuseté

«J’augmenterai le financement des activités pour les jeunes, en faveur de leur santé mentale et physique.»

Autre proposition forte du candidat: celle de suspendre le processus menant à la construction d’un nouveau poste de police, dont la facture pourrait dépasser 46 millions $ selon la dernière estimation.

«Cet argent serait peut-être mieux dépensé pour offrir des services qui aideraient à empêcher les gens de se retrouver dans la rue et aider les agents responsables de la lutte contre la criminalité», plaide-t-il.

La mairesse sortante rétorque que la municipalité investit actuellement 1,387 million par an pour divers organismes sociaux. Il réaffirme son appui au projet, notant que l’infrastructure policière actuelle «ne répond pas aux besoins en matière de sûreté et de sécurité».