Une application contre le vol de vélos est proposée à Moncton

Le vol de vélos est un problème soulevé depuis longtemps par les cyclistes à Moncton. Le détachement Codiac de la GRC s’est décidé à agir. Il rend disponible l’application «Garage529».

Le logiciel permet d’enregistrer sa bicyclette dans une base de données afin qu’il soit retrouvé plus facilement par la police ou la communauté après son vol, notamment grâce à la possibilité de lancer une alerte.

Le surintendant de la GRC Codiac, Tom Critchlow prévoit effectuer une campagne de communication pour populariser son utilisation.

«J’attends avec impatience le lancement de Garage529, le plus grand service de récupération de vélos alimenté par la communauté», a déjà déclaré sur Facebook la mairesse de Moncton, Dawn Arnold, qui circule souvent à bicyclette.

Un citoyen engagé dans la promotion du déplacement en vélo, Brian Branch exprime aussi sa joie de voir le programme enfin disponible dans sa municipalité.

S’inscrire en cinq minutes

«Ça fait plusieurs années que certaines personnes en discutent avec la Ville, raconte ce membre du conseil d’administration de La Bikery. J’ai téléchargé l’application ce matin. Ça semble simple. Il suffit de cinq minutes pour s’inscrire.»

Plusieurs villes canadiennes utilisent déjà Garage529. À Vancouver, la police a vu le nombre de bicycles volés baisser de 3131 en 2015 à 2199 en 2017.

«Le vélo est identifié avec un autocollant qui est presque impossible à enlever, explique M. Branch. Sa valeur est donc pratiquement nulle sur le marché noir.»

Le cycliste souhaite éviter le sentiment de violation et de frustration qu’il a ressenti en se faisant dérober son deux roues à Moncton, après l’avoir laissé au centre-ville sans cadenas. Il veut aussi que les autres s’épargnent cette peine et osent pédaler au quotidien sans inquiétude.

Éviter la peur

«C’est une barrière à l’utilisation du vélo, analyse M. Branch. Je connais des personnes qui ont arrêté ou hésité à utiliser le leur parce qu’il représente un gros investissement pour eux.»

Pour lui, le phénomène s’est amplifié ces trois dernières années avec la montée de l’itinérance.

«Il y a une tranche de la population vraiment désemparée et le vol est sa façon de survivre, observe-t-il. Les vélos sont des cibles faciles.»

M. Branch témoigne que beaucoup de ses proches se sont fait dérober leur vélo à Moncton.

«C’est très, très commun, déplore-t-il. On connaît tous quelqu’un à qui c’est arrivé.»

Utiliser un bon cadenas

Il raconte par exemple le cas d’un de ses amis qui a perdu trois vélos haut de gamme, valant au total 10 000$, dans le cambriolage de son garage de la rue Robinson, au centre-ville.

«Mes vélos, je les apporte dans ma maison, confie M. Branch. C’est moins facile d’y entrer. J’incite aussi les gens à utiliser des cadenas en U, car les câbles sont super simples à couper. Un jour, j’ai sectionné le mien au centre-ville, parce que j’avais perdu mes clefs. Ça m’a pris 30 secondes.»

Depuis juillet 2019 au moins, l’ancien directeur de la coopérative la Bikery, Simon Dubé a souhaité que la Ville de Moncton utilise Garage529. Il a qualifié le sentiment de sécurité procuré par une simple plainte à la police «d’illusoire» en cas de vol de vélo.