COVID-19: neuf nouveaux cas mercredi

La Santé publique du Nouveau-Brunswick a signalé neuf nouveaux cas de COVID-19 mercredi. Cela comprend deux cas liés à des voyages qui sont des gens du Nouveau-Brunswick qui s’isolent à l’extérieur de la province.

Il y a deux cas dans la zone 1 (région de Moncton), soit une personne âgée de 30 à 39 ans et une personne âgée de 60 à 69 ans. Un des cas est un contact d’un cas déjà confirmé. L’autre cas est lié à un voyage et est à l’extérieur de la province.

Il y a cinq cas dans la zone 6 (Chaleur/Péninsule acadienne), soit une personne âgée de 20 à 29 ans, trois personnes âgées de 50 à 59 ans et une personne âgée de 60 à 69 ans.

Trois de ces cas sont liés à des voyages et l’un d’eux est à l’extérieur de la province. Un est un contact d’un cas déjà confirmé et l’autre fait l’objet d’une enquête.

Il y a deux cas dans la zone 7 (région de Miramichi), soit deux personnes âgées de 60 à 69 ans. Ces deux cas sont des contacts de cas déjà confirmés.

Au cours des sept derniers jours, la Santé publique a répertorié 55 nouveaux cas, contre 69 cours des sept jours précédents.

Le nombre de cas actifs s’élève maintenant à 123. Il s’agit du plus faible total depuis le début du mois.

Les cas actifs se répartissent comme suit: 26 dans la zone 4 (Madawaska-Victoria), 24 chacun dans les zones 1 et 6, 22 dans la zone 3 (Fredericton), 20 dans la zone 2 (Saint-Jean), cinq dans la zone 7 (Miramichi) et deux dans la zone 5 (Restigouche).

Au total, 11 personnes sont hospitalisées. Sept patients sont hospitalisés au Nouveau-Brunswick, dont trois à l’unité des soins intensifs.

Depuis le début de la pandémie, il y a 2024 cas confirmés au Nouveau-Brunswick. Quanrante-et-une personnes sont décédées.

La Santé publique rappelle aux gens l’importance de subir un test de dépistage s’ils ont des symptômes de la COVID-19.

«Même si toute la province se trouve dans la phase d’alerte jaune, nous devons tous continuer à jouer un rôle afin de ralentir la propagation en suivant les conseils de la Santé publique et en nous faisant vacciner dès que nous y sommes admissibles», a déclaré la médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell.

«Ne prenez pas de chance avec votre santé ou celle de votre famille, de vos amis et des membres de votre communauté. Si vous avez des symptômes de la COVID-19, veuillez subir un test de dépistage.»

Le cabinet se penche sur le vaccin d’AstraZeneca

Par ailleurs, l’Ontario a récemment cessé son utilisation du vaccin d’Astrazeneca en raison du risque de caillots sanguins. La province n’utilisera plus ce produit pour donner de premières doses de vaccin à ses citoyens.

Au Nouveau-Brunswick, le comité multipartite du cabinet sur la COVID-19 se penchera sur la question mercredi soir, selon le premier ministre Blaine Higgs.

«Je suis certain que ce sera un sujet probant. On va vouloir voir les statistiques et la science derrière les décisions qui ont été prises dans d’autres provinces.»

Selon lui, soit la Santé publique émettra une recommandation pour modifier l’utilisation de ce vaccin dans la province, soit elle validera la politique actuelle du N.-B. qui interdit son utilisation chez les personnes de moins de 55 ans.

Le premier ministre se dit aussi prêt à prendre une deuxième dose du vaccin d’AstraZeneca lorsqu’elle lui sera disponible. Il a reçu sa première dose à la fin mars.