COVID-19: 16 nouveaux cas jeudi, inquiétudes à Fredericton

Les gens de 30 ans et plus peuvent maintenant prendre rendez-vous pour se faire vacciner. La Santé publique du Nouveau-Brunswick a par ailleurs annoncé 16 nouveaux cas de COVID-19 jeudi. Il s’agit d’un sommet depuis le 1er mai.

Dix de ces cas sont dans la zone 3 (région de Fredericton). Trois font l’objet d’une enquête.

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Dre Jennifer Russel, a d’ailleurs indiqué, jeudi, que des transmissions communautaires avec le variant indien – qui est très contagieux – pourraient avoir eu lieu dans une vingtaine d’emplacements à Fredericton.

La liste des expositions possibles est disponible sur le site web du gouvernement du Nouveau-Brunswick.

Des cas ont été confirmés dans deux écoles de la région de Fredericton, soit la Leo Hayes High School et la Nashwaaksis Middle School. Une exposition possible a également été confirmée à la New Maryland Elementary School.

Le Réseau de santé Horizon a également déclaré une éclosion à l’Hôpital régional Dr Everett Chalmers, à Fredericton, puisqu’un employé a obtenu un résultat positif à un test de dépistage. Toutes les interventions chirurgicales non urgentes et les consultations externes sont reportées jusqu’à nouvel ordre.

Il y a un cas chacun dans les zones 2 (Saint-Jean) et 4 (Madawaska-Victoria).

Il y a aussi deux cas chacun dans les zones 1 (Moncton) et 6 (Chaleur/Pénin­sule acadienne).

Au cours des sept derniers jours, la Santé publique du N.-B. a recensé 60 nouveaux cas de COVID-19, contre 80 au cours des sept jours précédents.

Dix Néo-Brunswickois sont hospitalisés, dont six dans la province. Trois personnes sont à l’unité des soins intensifs. Il y a actuellement 127 cas actifs.

Dre Russell a par ailleurs indiqué que deux Néo-Brunswickois dans la cinquantaine ont développé une thrombose après avoir reçu une dose du vaccin AstraZeneca en avril.

Une de ces personnes s’est rétablie, tandis que l’autre est encore à l’hôpital.

Depuis le début de la campagne de vaccination, le Nouveau-Brunswick a recensé quatre cas de thrombose. L’un d’entre eux est décédé.

Les thromboses sont considérées comme une complication possible du vaccin d’AstraZeneca, mais elles demeurent très rares, à environ un cas sur 100 000 vaccins administrés lors de la première dose.

Lors de l’administration de la seconde dose, ce taux est encore plus bas, soit un cas sur un million.

Utilisation limitée du vaccin d’AstraZeneca

Le gouvernement provincial a annoncé que le vaccin AstraZeneca ne sera plus offert comme première dose.

Malgré tout, ce vaccin pourrait toujours être utilisé sous certaines conditions, selon le directeur des communications de la Santé publique, Bruce MacFarlane.

«Le gouvernement ne suspend pas l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca. Il continuera d’être proposé en option aux personnes âgées de plus de 55 ans avec un consentement éclairé lorsque nous disposons de stocks. À l’heure actuelle, l’approvisionnement est limité, de sorte que le vaccin est utilisé pour les personnes confinées à la maison qui ne peuvent avoir accès à un autre vaccin. Si l’approvisionnement en vaccin d’AstraZeneca augmente, il continuera d’être offert aux Néo-Bruns­wickois qui le souhaitent», a expliqué M. MacFarlane.

L’approvisionnement de ce vaccin est actuellement limité. Le N.-B. ne dispose que de 4000 doses, mais peut s’attendre à en recevoir 13 500 d’ici la fin du mois.

La bulle Atlantique d’ici la fête du Canada?

Le premier ministre a affirmé jeudi que l’ouverture des frontières du N.-B. avec toutes les autres provinces du Canada d’ici le 1er juillet est «possible», mais peu probable.

Il estime toutefois qu’il est plus probable que le Nouveau-Brunswick formera une bulle avec les autres provinces de l’Atlantique d’ici là.

Blaine Higgs évalue les chances que cela se produise à environ 70%, et il ajoute que tout dépend du taux de vaccination.

Ce plan pourrait facilement être chamboulé en cas d’éclosions importantes, qui peuvent survenir rapidement.

«On n’est pas sortis du bois, et personne ne devrait tenir cela pour acquis», a dit le premier ministre.