Déçus de voir que leurs enfants ne pourraient profiter d’un bal cette année, des parents de finissants de la Polyvalente Roland-Pépin de Campbellton ont décidé de prendre les choses en main. Et la Ville a emboîté le pas en leur offrant sans frais son Centre civique.

«Le tout va se faire dans les règles. Les parents nous ont soumis un plan opérationnel qui respecte les mesures sanitaires et ça nous convient.»

Le maire de Campbellton, Ian Comeau, ainsi que son conseil n’ont pas hésité un instant à autoriser la tenue d’un bal orchestré non pas par l’école, mais par des parents soucieux d’offrir à leurs enfants une façon digne de ce nom de célébrer la fin de leurs parcours du secondaire.

Dans une lettre remise au conseil municipal mardi, les parents ont plaidé la cause des élèves faisant valoir qu’au cours de la dernière année, ceux-ci ont payé un lourd tribut en raison de la COVID-19.

«Ils ont dû sacrifier l’horaire scolaire, les amis, les activités, les rassemblements et tout ce qui entoure une année scolaire normale», écrit Marie-Josée Maltais, porte-parole du groupe de parents derrière cette initiative.

Face à cette demande, le conseil municipal a choisi de mettre son Centre civique à la disposition de ses deux écoles secondaires (Roland-Pépin et Sugarloaf Senior High School) et du campus du Collège communautaire pour la tenue de bals de finissants. Jusqu’à présent, seul un groupe de parents de Roland-Pépin s’est prévalu de cette offre.

«On a étudié le dossier et on a décidé d’aller de l’avant, car le plan proposé était convenable. Le groupe de parents en question est prêt à travailler avec nous et la Santé publique. Tout ça nous a rassurés», a indiqué le maire.

Celui-ci note que durant la saison hivernale, le Centre civique a été l’hôte de parties hockey des Tigres juniors A. Environ 800 spectateurs pouvaient assister aux parties. Il ne voit donc pas en quoi organiser un bal pour les finissants, avec moins de participants, contreviendrait aux règles sanitaires.

«Il y aura des tables-bulles sur l’aire de jeu (patinoire) et des spectateurs dans les estrades avec distanciation sociale. On va s’assurer que les consignes sanitaires sont suivies», dit M. Comeau.

En ce qui a trait à l’offre de la municipalité, M. Comeau a tenu à ce qu’elle demeure gratuite.

«Les jeunes n’ont pas vraiment un gros budget pour le bal. En temps normal, il y aurait eu des activités, des campagnes de financement de la part des jeunes durant plusieurs mois. Mais là, c’est vraiment dernière minute pour eux», dit-il.

Au ministère de l’Éducation, on précise qu’à moins d’un revirement de situation de dernière minute, les bals de finissants organisés par les écoles ne sont pas permis. Cela dit, dans le cas où une telle cérémonie devait être organisée ailleurs que sur les lieux d’une école, c’est l’arrêté obligatoire qui s’applique. Ainsi, un plan opérationnel doit être présenté et doit satisfaire aux exigences sanitaires.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle