Une journée après avoir annoncé le passage à la première étape du retour à la phase verte, la Santé publique du Nouveau-Brunswick avait d’autres nouvelles positives à partager mercredi, soit l’ouverture de la bulle atlantique et la levée de plusieurs restrictions sanitaires en lien avec les rassemblements et les voyages dans le reste du Canada.

Puisque plus de 20% des personnes âgées de 65 ans et plus ont déjà reçu leur deuxième dose du vaccin contre la COVID-19, la deuxième phase du plan de déconfinement entrera en vigueur à compter de jeudi à minuit.

Le gouvernement provincial en a fait l’annonce mercredi après-midi lors d’une conférence de presse.

Les citoyens du N.-B. peuvent voyager dans les quatre provinces de l’Atlantique et les régions d’Avignon et du Témiscouata au Québec sans devoir subir un test de dépistage et sans s’isoler à leur retour.

La province a aussi levé les exigences d’isolement pour les voyageurs du reste du Canada ayant reçu au moins une dose du vaccin, mais le voyage devra être enregistré. Ils devront aussi montrer des preuves de vaccination.

«Nous demandons aux voyageurs du reste du Canada de s’enregistrer et de présenter des preuves de vaccination. Nous faisons toujours preuve de diligence. Si la personne ne peut fournir une preuve, ils devront suivre le protocole d’isolement», explique Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick.

Ces mêmes mesures mises en place pour le reste du Canada pourraient éventuellement s’appliquer aux voyageurs du Maine, lorsque le gouvernement fédéral permettra de nouveau les déplacements transfrontaliers.

Ceux qui n’ont pas reçu le vaccin devront s’isoler et subir un test de dépistage au jour 5. La personne pourra mettre fin à la période d’isolement si le dépistage est négatif.

Par ailleurs, on a supprimé l’exigence de s’isoler dans un établissement désigné.

Les voyageurs internationaux ayant reçu les deux doses du vaccin pourront aussi voyager librement dans la province. Ceux qui ont seulement reçu une dose devront s’isoler pendant 14 jours avec un test de dépistage au jour 10.

De plus, les rassemblements informels à l’intérieur d’un maximum de 20 personnes sont permis. Les rassemblements formels à l’intérieur sont permis, à 50% de capacité, si un plan opérationnel est mis en place.

Les rassemblements informels à l’extérieur sont permis avec une distanciation de deux mètres entre les groupes.

Les rassemblements formels à l’extérieur sont aussi permis avec de la distanciation et un plan opérationnel en place. Par ailleurs, les travailleurs en rotation et leurs familles n’auront plus à s’isoler.

Ne rangez pas encore vos masques

Même si plusieurs règlements ont été assouplis, pour le moment, la province continuera d’exiger que la population suive les mesures de distanciation physique et le port d’un couvre visage dans les lieux publics.

Le reste des mesures seront levées lorsqu’au moins 75% de la population âgée de 12 ans et plus aura reçu les deux doses du vaccin contre la COVID-19. Pour le moment, la province espère atteindre cette cible vers le 2 août, mais Blaine Higgs a confiance qu’elle pourrait devancer son objectif.

«Nous n’allons pas changer de phase jusqu’à ce qu’on atteigne notre objectif pour les deuxièmes doses, mais nous avons reçu plusieurs vaccins, donc nous avons une belle occasion devant nous et nous avons la chance de vivre un été sans masques, mais je ne peux pas mettre une date là-dessus jusqu’à ce qu’on atteigne notre objectif.»

Le risque zéro n’existe pas

Selon la Dre Jennifer Russell, le risque zéro n’existe pas, mais le vaccin permettra de minimiser les symptômes les plus graves et de réduire les taux d’hospitalisation.

«Je sais que vous êtes plusieurs à vouloir comprendre quels sont les véritables risques, mais nous ne pouvons pas tout savoir. Ce que nous savons, c’est que nous recevons de nouveaux renseignements provenant d’études et de chercheurs sur l’efficacité des vaccins. Ce que nous voyons dans le reste du pays, ce sont des taux d’infection qui diminuent de façon assez dramatique et que le nombre de cas actifs est à son plus bas depuis l’automne dernier.»

La Dre Russell prévient que l’ouverture des frontières mènera probablement à une hausse du nombre de cas actifs dans la province et au pays. Cependant, des données de l’extérieur de la province démontrent que la vaste majorité des personnes infectées par la COVID-19 depuis le mois de mars n’étaient pas vaccinées.

«Le plus de protection, le mieux. Je ne veux certainement pas entendre parler de gens qui ont été admis à l’hôpital avec des symptômes sévères, car ils ont décidé pour une raison quelconque de ne pas se faire vacciner.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle