Le Groupe de travail sur la pandémie change son fusil d’épaule et assouplit ses directives exigeant que les travailleurs de la santé s’isolent à la suite d’un voyage à l’extérieur de la province.

L’Acadie Nouvelle rapportait vendredi que de nouvelles directives publiées le 15 juin par le Groupe de travail sur la pandémie exigeaient que les travailleurs de la santé vivant et travaillant au Nouveau-Brunswick s’isolent «pendant 14 jours avant de retourner travailler» s’ils quittaient la bulle atlantique, peu importe leur «statut vaccinal.»

Interrogé à ce sujet par le journal en après-midi, le premier ministre Blaine Higgs a dit ne pas être au courant de la note de service et de l’isolement imposé aux travailleurs de la santé.

Peu de temps après, le directeur des communications du ministère de la Santé, Bruce Macfarlane, a indiqué à l’Acadie Nouvelle que des précisions suivraient sous peu.

Tard vendredi après-midi, le Groupe de travail sur la pandémie a envoyé une nouvelle note de service annulant les directives du 15 juin.

M. Macfarlane a indiqué que la décision avait été prise en fin de journée de transférer «la responsabilité et les lignes directrices sur le mouvement des médecins et du personnel» aux régies de la santé.

Vitalité précise les consignes

Les nouvelles consignes du Réseau de santé Vitalité stipulent que les travailleurs qui ont reçu deux doses de vaccins depuis plus d’une semaine n’auront finalement pas à s’auto-isoler à la suite d’un voyage à l’extérieur de la «bulle» des provinces atlantiques et des collectivités frontalières d’Avignon et du Témiscouata, au Québec.

Leur voyage devra toutefois être approuvé par leur gestionnaire, chef de service ou directeur médical. Les travailleurs devront surveiller l’apparition de symptômes à leur retour et subir un test de dépistage aux jours 1, 5 et 10.

Ceux qui n’ont reçu qu’une seule dose du vaccin et qui quittent la bulle atlantique ne pourront se présenter au travail que 10 jours après leur retour et devront subir un test de dépistage aux jours 1, 5 et 7 avant de reprendre du service.

Les travailleurs de la santé qui ne sont pas vaccinés ne sont pas autorisés à quitter la bulle et les travailleurs transfrontaliers non vaccinés doivent pratiquer l’auto-isolement au travail.

Les consignes complètes sont disponibles sur le site web de Vitalité.

Le Réseau de santé Horizon a publié des consignes similaires.

Le droit de «voyager de façon responsable»

Les directives du 15 juin ont semé la consternation auprès du Syndicat des infirmières et des infirmiers du Nouveau-Brunswick (SIINB).

«J’ai parlé au sous-ministre de la Santé vendredi matin au sujet du manque de respect que ressentent les infirmières immatriculées et les infirmières praticiennes avec cette restriction», a écrit dans un courriel Paula Doucet, présidente du SIINB, quelques heures avant la publication des nouvelles consignes.

Les infirmières immatriculées et les infirmières praticiennes travaillent «sans relâche» depuis le début de la pandémie et souhaitent pouvoir voyager et profiter d’une pause méritée, a-t-elle ajouté.

«Elles devraient avoir le droit de voyager de façon responsable comme le reste des Néo-Brunswickois», déplore Paula Doucet.

Le ministère de la Santé a dit regretter l’angoisse causée par la note de service du 15 juin.

«Nous reconnaissons le dur travail de tous les membres du personnel des soins de santé qui ont contribué à lutter contre cette pandémie et comprenons leur désir de rendre visite à leur famille et à leurs amis comme tous les autres. Nous comprenons que chacun est surmené, a écrit dans un courriel Bruce Macfarlane, directeur des communications du ministère de la Santé. La protection de nos patients et de notre effectif est de toute première importance.»

Depuis l’annonce de l’entrée en vigueur de la deuxième phase du plan de déconfinement, le 16 juin, les Néo-Brunswickois vaccinés qui voyagent à l’extérieur de la province ne sont plus tenus de s’isoler à leur retour.

Le Nouveau-Brunswick a également ouvert ses frontières au reste du pays le 17 juin. L’isolement de 14 jours n’est plus obligatoire pour les voyageurs ayant reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19.

  • Avec la contribution du journaliste Alexandre Boudreau

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle