Les trois centres d’information aux visiteurs gérés par le gouvernement provincial n’ouvriront pas cet été, confirme le Ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture. À la place, une unité mobile parcourra la province pour accueillir et guider les voyageurs.

Malgré la levée des restrictions et le retour des touristes au Nouveau-Brunswick, les centres d’informations provinciaux situés aux entrées frontalières, tels qu’à Saint-Jacques et à Campbellton, seront fermés pour une deuxième saison consécutive.

Dans un courriel envoyé à l’Acadie Nouvelle, une porte-parole du Ministère laisse entendre que ces genres d’établissements sont de toute façon peu populaires auprès des voyageurs.

«Pour cette saison touristique, les visiteurs peuvent s’attendre à voir une unité mobile voyager à travers la province pour offrir des suggestions de voyage et répondre à toutes les questions des visiteurs», fait-on savoir.

«Cette unité mobile remplacera les centres d’information touristique situés aux entrées frontalières. Moins de 5% des voyageurs venant dans la province visitent ces centres.»

Il y a trois ans, le gouvernement libéral de Brian Gallant a annoncé la fermeture des installations du Cap-Jourimain, situé près du pont de la Confédération, et de l’île Campobello, près de St. Andrews. Le faible achalandage a été mis en cause.

En mai 2019, le gouvernement Higgs s’était quant à lui défait pour de bon des centres d’information aux visiteurs d’Aulac et de Woodstock, ne conservant que ceux de Saint-Jacques, de Campbellton et de St. Stephen.

Ces fermetures auraient permis au gouvernement provincial d’économiser environ 75 000$, selon ce que rapportait le journal à l’époque, notamment parce que les centres touristiques de ce genre ne rapporteraient rien directement au gouvernement.

Il y a deux ans, le ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture avait affirmé étudier l’achalandage des trois centres restants.

«La question qu’on doit se poser, c’est “est-ce que les gens savent déjà où ils vont aller lorsqu’ils viennent au Nouveau-Brunswick?” Et puis c’est sûr qu’on va vérifier l’achalandage cet été pour voir si la tendance est à la baisse ou à la hausse», avait alors affirmé le ministre de l’époque, Robert Gauvin.

La pandémie a toutefois gâché les plans d’analyse du gouvernement, les installations de Saint-Jacques, de Campbellton et de St. Stephen n’ayant pas ouvert leurs portes depuis en raison de la pandémie.

Des données obtenues en 2019 par l’Acadie Nouvelle indiquaient toutefois que les trois centres restants sont visités, chaque année, par plusieurs dizaines de milliers de touristes et que leur achalandage est plutôt stable.

Par exemple, à Saint-Jacques – le centre provincial le plus visité bon an mal an – le nombre de visiteurs a frôlé le 20 000 en 2015 et 2018, ainsi que le 24 000 en 2016 et 2017.

Un coup d’œil sur le site web de Tourisme NB permet d’identifier aujourd’hui 46 centres d’information – la plupart municipaux – d’un bout à l’autre de la province.

Ceux de Saint-Jacques et de St. Stephen ne figuraient pas sur cette liste en date de lundi.

Le Ministère affirme par l’entremise du même courriel qu’il est heureux d’accueillir des touristes cet été et continue de soutenir les centres d’information gérés par les municipalités en aidant les régions à développer leurs stratégies de marketing.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle