Les dossiers de drogue au volant ont fait bondir les statistiques de conduite avec facultés affaiblies au Canada en 2019 comparativement à l’année précédente. Le Nouveau-Brunswick, et plus particulièrement la région de Moncton, font très mauvaise figure dans cette étude.

Statistique Canada signale qu’il y a deux ans, le taux d’affaires de conduite avec facultés affaiblies déclarées par la police a été de 19% supérieur à celui de 2018. Plus précisément, le taux de conduite avec les facultés affaiblies par la drogue a augmenté de 43% durant cette première année depuis la légalisation du cannabis.

Quant au taux de conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool, il a tout de même progressé de 15%.

Toutes les provinces ont affiché une hausse du taux de conduite avec les facultés affaiblies en 2019 par rapport à l’année précédente. Les plus fortes hausses ont été enregistrées dans les provinces de l’Atlantique, où les taux ont augmenté de 95% à Terre-Neuve-et-Labrador, de 56% à l’Île-du-Prince-Édouard et de 53% au Nouveau-Brunswick.

L’agence fédérale rappelle qu’en 2018, les corps de police ont obtenu de nouveaux pouvoirs leur permettant d’effectuer le dépistage de l’alcool et des drogues, et de nouvelles catégories d’infractions criminelles ont été créées.

Cette capacité policière accrue peut avoir contribué à la hausse du taux de conduite avec facultés affaiblies déclarée par la police en 2019, selon les analystes.

En 2019, les services de police au Canada ont déclaré 85 673 affaires de conduite avec facultés affaiblies, un taux de 228 pour 100 000 habitants, le plus élevé en près de dix ans.

Statistique Canada a toutefois observé que malgré le bond de la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue, ce phénomène a n’a représenté que 8% de l’ensemble des dossiers de conduite avec les facultés affaiblies.

Parmi les provinces, l’Île-du-Prince-Édouard a enregistré le taux de conduite avec facultés affaiblies le plus élevé: 645 affaires pour 100 000 habitants, soit près de trois fois plus que la moyenne nationale (228).

Au N.-B., ce chiffre a atteint 367.

La Saskatchewan a affiché un taux de 539 affaires pour 100 000 habitants. Le Manitoba, avec 310 cas par 100 000 habitants, le Québec (176 cas par 100 000 habitants) et l’Ontario (104 affaires pour 100 000 habitants) ont affiché les plus faibles taux de conduite avec facultés affaiblies parmi les provinces.

Moncton au sommet

Affichant un taux de 529 affaires de conduite avec les facultés affaiblies pour 100 000 habitants, la région métropolitaine de recensement de Moncton a enregistré de loin le plus haut taux d’affaires de conduite avec les facultés affaiblies déclarées par la police.

Abbotsford-Mission, en Colombie-Britannique, suit à 363.

Saint-Jean arrive au 13e rang avec 187.

À Moncton, la très grande majorité des affaires de conduite avec la faculté affaiblies déclarées à la police ont concerné l’alcool (84%).

Statistique Canada a constaté un taux de d’affaires de conduite avec facultés affaiblies de 3139 cas pour 100 000 habitants dans les Territoires du Nord-Ouest.

L’agence a aussi remarqué que la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue était susceptible à 49% de mener à une mise en accusation par rapport à 57% pour les cas liés à l’abus d’alcool.

C’est Terre-Neuve-et-Labrador qui a affiché le taux le plus élevé de conduite avec les facultés affaiblies par la drogue (52 affaires pour 100 000 habitants), suivie de l’Île-du-Prince-Édouard (48), du Nouveau-Brunswick (36), de la Colombie-Britannique (32) et de la Nouvelle-Écosse (31). C’est d’ailleurs dans ces mêmes provinces, sauf l’Île-du-Prince-Édouard, qu’on a enregistré les proportions parmi les plus élevées de consommateurs de cannabis dans le cadre de l’Enquête nationale sur le cannabis.

De lourdes sanctions

Le Code criminel interdit la conduite avec facultés affaiblies, à quelque degré que ce soit. D’autres infractions concernent les concentrations interdites d’alcool et de cannabis dans le sang durant les deux heures suivant la conduite.

Le taux d’alcoolémie interdit est de 80 milligrammes (mg) ou plus d’alcool par 100 millilitres (ml) de sang. Une bouteille de bière de 12 oz avec une teneur en alcool de 5% contient déjà 13,5 grammes d’alcool, à titre indicatif.

Au Nouveau-Brunswick, un agent peut de surcroît suspendre un permis de conduire pour un taux d’alcoolémie qui se situe entre 0,05% et 0,08%, pendant une période allant de sept à 30 jours.

Il existe par ailleurs deux niveaux interdits de THC, la principale composante psychoactive du cannabis: moins grave entre 2 nanogrammes (ng) et 5 ng de THC par ml de sang et plus grave au-delà.

Les concentrations interdites d’alcool et de cannabis, lorsqu’elles sont combinées, sont de 50 mg ou plus d’alcool par 100 ml de sang et de 2,5 ng ou plus de THC par ml de sang.

L’amende minimale pour un dépassement de ces seuils est de 1000$ et la peine maximale est de 10 ans d’emprisonnement.

Les conducteurs peuvent avoir des accusations beaucoup plus lourdes s’ils causent des blessures ou la mort, une peine de détention à perpétuité par exemple.

La conduite avec facultés affaiblies constitue la principale cause criminelle de décès et de blessures au Canada, selon le gouvernement fédéral.

Des statistiques difficiles à analyser

«Les résultats présentés par Statistiques Canada ne signifient pas nécessairement qu’il y ait une forte augmentation du nombre de conducteurs aux capacités affaiblies sur la route», souligne la responsable régionale de l’organisme Les mères contre l’alcool au volant.

Marie Claude Morin observe que la hausse enregistrée s’explique en partie par la mise en place par le gouvernement fédéral de dépistages d’alcool obligatoires en 2018 au niveau national.

«Certaines provinces utilisent cette mesure de façon plus robuste que d’autres, avance-t-elle. Les chiffres peuvent démontrer des efforts du côté des services de police, par exemple: plus d’agents sur la route, plus d’interceptions, plus de contrôles routiers, etc.»

Est-ce que le nombre élevé de conducteurs prenant la route avec des facultés affaiblies au Nouveau-Brunswick est causé par un important effort de dépistage des gendarmes dans la province?

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle