Le premier ministre Justin Trudeau affirme que son gouvernement retient des transferts de soins de santé au Nouveau-Brunswick parce que la province limite l’accès à l’avortement.

M. Trudeau a déclaré aux journalistes à Moncton mardi que le gouvernement néo-brunswickois n’a pas respecté ses obligations en vertu de la Loi canadienne sur la santé, car il continue de rendre difficile l’accès des femmes à la gamme complète des services de reproduction.

La loi du Nouveau-Brunswick interdit le financement gouvernemental des avortements pratiqués ailleurs que dans trois hôpitaux approuvés.

Le gouvernement provincial subventionne les avortements dans deux hôpitaux à Moncton et un à Bathurst, mais il ne couvre pas le coût de la procédure à la Clinique 554 à Fredericton.

M. Trudeau dit que son gouvernement travaillera pour que tout le monde au pays ait accès à l’avortement, y compris à la clinique 554.

Justin Trudeau a d’abord indiqué qu’Ottawa retenait des millions de dollars en transferts de soins de santé au Nouveau-Brunswick, mais un porte-parole du bureau du premier ministre a précisé après la conférence de presse que le bon chiffre était d’un peu plus de 140 000 dollars.

En juin, un juge du Nouveau-Brunswick a autorisé un groupe national de défense des libertés civiles à contester en justice la loi provinciale sur l’avortement. L’Association canadienne des libertés civiles affirme que la loi limite l’accès à l’avortement, en particulier pour les personnes pauvres et marginalisées.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle