Après avoir vacciné contre la COVID-19 à un des rythmes les plus élevés au pays en juin et surtout en juillet, le Nouveau-Brunswick fait très piètre figure depuis le début d’août.
Le 30 juillet, 66,7% des Néo-Brunswickois étaient pleinement vaccinés contre la COVID-19.

À ce moment, la province se débrouillait mieux que le Québec (63,7%), l’Île-du-Prince-Édouard (53,6%) et la moyenne nationale (66%), notamment.

En fait, seulement trois provinces (l’Ontario, le Manitoba et la Nouvelle-Écosse) faisaient mieux que le N.-B.

Vingt-quatre jours plus tard, soit lundi, le Québec (76,4%), l’Î.-P.-É. (75,2%) et la moyenne nationale (74,1%) ont tous devancé le N.-B. qui, lui, affiche un taux de personnes admissibles complètement vaccinées de 72,7%.

Seules trois provinces affichent maintenant un pourcentage de personnes totalement vaccinées inférieur au N.-B.

En fait, depuis le début du mois, seules la Saskatchewan et l’Alberta ont vacciné plus lentement que le N.-B.

 

Pour rappel, en juin, le gouvernement provincial avait annoncé que la province passerait en phase verte du plan de confinement une fois que trois quart des Néo-Brunswickois admissibles auraient reçu deux doses de vaccination.

Le gouvernement avait alors ciblé la date du 2 août comme objectif. Le premier ministre Blaine Higgs avait plus tard changé d’avis et fait savoir que toutes les restrictions sanitaires seraient abolies quelques jours avant le 2 août, – soit le 30 juillet – même si l’objectif du 75% n’était pas atteint.

Constat: depuis, la vaccination stagne, ou presque, et 21 jours après le 2 août, le N.-B. n’est même pas proche d’atteindre le taux de 75%.

En fait, si la tendance d’août se maintient, ce n’est pas avant le 3 septembre que le cap psychologique du 75% sera atteint – soit un mois plus tard que prévu.

Dans les 23 premiers jours d’août, le taux de citoyens totalement vaccinés au N.-B. n’a crû que de 6,0 points de pourcentage (contre 12,7 au Québec, 21,6 à l’Île-du-Prince-Édouard, 7,4 en Nouvelle-Écosse et 7,4 au Canada).

À titre comparatif, quand la vaccination roulait à fond de train en juillet, il suffisait de quatre ou cinq jours pour que la province fasse un bon de 6,0 points.

Depuis le début d’août, dans la province, une moyenne de 1475 personnes par jour reçoivent un deuxième vaccin. En juillet, ce nombre était de 7661 (soit cinq fois plus qu’en août).

Ce sont encore une fois les jeunes qui se font tirer l’oreille.

Au moins 39,5% des 12 à 19 ans, des 20 à 29 ans et des 30 à 39 ans ne sont pas encore totalement vaccinés.

En ce qui a trait à la première dose, le taux est de 73,2%, 72,7% et de 73,6% respectivement dans ces trois groupes d’âge, ce qui est très en-deçà de la moyenne provinciale (84%).

Pendant que la vaccination ralentit considérablement au N.-B., coïncidence ou non, le nombre de personnes infectées à la COVID-19, lui, augmente à un rythme que l’on n’avait pas vu dans la province depuis l’hiver.

Du 14 au 23 août, pas moins de 184 nouveaux cas ont été répertoriés dans la province.

Il faut remonter à la période du 24 janvier au 2 février pour retrouver une séquence de dix jours consécutifs lors de laquelle plus de nouveaux cas ont été annoncés (185).

De plus, lundi, le N.-B. comptait 173 cas actifs de COVID-19, un sommet depuis le 10 février.

Il faut noter qu’à cette date, sept personnes étaient hospitalisées dans la province, dont deux aux soins intensifs.

Lundi, seulement trois personnes souffrant de la COVID-19 étaient soignées dans un hôpital de la province.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle