Pêcher la palourde de baie n’est plus un secret pour personne dans la baie de Bouctouche. La particularité de cette pêche, c’est qu’elle se fait en bas de laine. Oui! En bas de laine!

«La principale raison (des bas), c’est à cause des huîtres, ça coupe», explique Paul-Émile LeBlanc, un habitué de la pêche aux palourdes de baie.

De sa demeure dominant la baie de Bouctouche, M. LeBlanc peut pêcher un maximum de 100 palourdes de baie par jour, et chacune d’entre elles doit mesurer au moins deux pouces de longueur, soit 5 centimètres, afin de favoriser un développement durable de la ressource.

Pour les repérer, le pêcheur n’a pas besoin de voir les mollusques. Il a simplement à reconnaître la sensation sous ses pieds.

«Tu marches dans l’eau et on sent comme une roche, mais la palourde rentre moins dans la terre qu’une roche», raconte le résident de la baie de Bouctouche.

Ce secteur riverain est situé à quelques kilomètres à l’est de la ville de Bouctouche.

Lorsqu’il va pêcher, à la marée basse bien sûr, M. LeBlanc apporte sa mesure de fortune, c’est-à-dire un petit cercle de plastique noir qu’il garde dans ses mains et qui est attaché par une grande corde à une boîte de plastique verte. Dans l’eau, c’est dans ce contenant flottant qu’il transporte sa cueillette. Il prend le temps de mesurer chaque palourde cueillie, question de respecter la loi.

La palourde de baie peut être dégustée de différentes façons.

«Tu peux manger ça cru ou cuit dans la poêle, dans le four ou sur le barbecue, affirme M. LeBlanc. Nous autres on met un petit peu d’ail, pas beaucoup, un petit peu de beurre et de la chapelure. Tu peux mettre du fromage et tu manges ça», précise le retraité du Canadien National.

Avant de le déguster, il faut ouvrir ce mollusque, une tâche qui pourrait s’avérer ardue pour les moins habitués. M. LeBlanc a un petit truc pour eux : «Tu peux la mettre dans le micro-ondes pour l’ouvrir, mais pas longtemps.»

À titre comparatif, les palourdes de baie sont beaucoup plus petites que les palourdes de dune. Selon notre habitué, ces dernières sont «plus grosses et se trouvent plus vers la grande marée».

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle