Le syndicat qui représente les travailleurs du foyer de soins Les Résidences Jodin dénonce le manque criant d’employés qui prévaut actuellement selon lui dans l’établissement qui est situé à Edmundston.

La section 5108 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente un peu plus de 200 travailleurs du foyer, réclame l’intervention du gouvernement provincial et la tenue d’une enquête indépendante au sujet du manque de personnel et de soins offerts aux résidents.

«Il manquait déjà de personnel avant l’arrivée de la COVID-19 qui n’a rien fait pour aider les choses. Le personnel est épuisé, à bout de souffle, plusieurs employés sont actuellement en arrêt de travail», déplore Chantal Montreuil, la présidente de la section 5108 du SCFP.

«Tout le monde travaille à plein temps et il n’y a pas de relève», a ajouté la représentante syndicale.

Le syndicat estime que le manque de main-d’œuvre est problématique chez les préposés aux soins, mais aussi dans les autres départements comme les soins infirmiers, l’entretien ménager et la cuisine.

«Il y avait seulement deux travailleurs la fin de semaine dernière pour trente résidents, alors qu’il faut cinq travailleurs pour assurer des soins qui sont le moindrement adéquats», a indiqué Mme Montreuil en entrevue avec l’Acadie Nouvelle.

«Je n’ai jamais vu une telle situation en 20 ans de métier! C’est le pire du pire vécu dans ma carrière…», affirme la préposée aux soins.

Elle ajoute que la situation était particulièrement alarmante en journée où les activités, les repas et les tâches d’hygiène s’ajoutent à la routine des travailleurs et des résidents.

«On veut offrir de bons soins et faire en sorte de ne pas négliger les résidents, mais là les douches se font rares, les autres soins se font attendre et les repas sont servis froids. Ce n’est tout simplement plus vivable», dénonce la présidente du syndicat.

La direction des Résidences Jodin et le syndicat ont eu quelques rencontres au cours des derniers mois afin de discuter de la situation. Le syndicat affirme que les discussions n’ont pas permis d’améliorer la situation à l’intérieur des murs du foyer de soins qui compte 180 lits.

Le syndicat est d’avis que la direction des Résidences Jodin devrait maximiser ses efforts afin de pourvoir les postes à pourvoir.

«J’ai des collègues qui peuvent effectuer jusqu’à 100 heures de travail en une seule semaine. C’est insensé», a affirmé Chantal Montreuil.

Selon le SCFP, la direction des Résidences Jodin et de certains autres foyers de soins refuserait de considérer les candidatures de certaines personnes qui seraient pourtant qualifiées pour effectuer les tâches demandées.

«D’avoir deux employés le jour pour s’occuper de 30 résidents et un seul durant la nuit, c’est une situation extrême. Il faut arrêter ça… », a pour sa part souligné Gérald LeBlanc, qui est conseiller syndical national du SCFP.

Le plus récent rapport d’inspection des Résidences Jodin dévoilé par le ministère du Développement social ne fait pas état de manquement grave aux règles en vigueur dans les foyers de soins malgré quelques manquements soulignés par l’inspecteur responsable de l’inspection.

Il a ainsi souligné que le foyer de soins avait manqué à ses obligations de rapporter les détails entourant certains incidents et accidents devant être rapportés aux autorités.

L’inspecteur a aussi souligné que le personnel de soins en service devait en tout temps être en proportion suffisante et certains manquements quant aux procédures liées à la protection contre les incendies et la sécurité des lieux.

«C’est drôle, à chaque visite de l’inspecteur le personnel était complet! Une drôle de coïncidence», a souligné Chantal Montreuil.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle