Au moins un restaurant de la région de Campbellton n’entend pas se soumettre à la demande de la Santé publique d’exiger de ses clients une preuve de pleine vaccination afin d’accéder à sa salle à manger.

Dans une publication sur les réseaux sociaux mercredi, le propriétaire du China Coast, William Tang, a averti sa clientèle qu’il n’avait pas l’intention de se prêter aux nouvelles exigences requises par la Santé publique. On parle ici de l’obligation de démontrer une preuve de pleine vaccination, ainsi que celle de porter le masque à l’intérieur de son établissement.

«À mes yeux, ce passeport vaccinal c’est littéralement de la discrimination. Quelqu’un est moins dangereux s’il n’est pas pleinement vacciné dans une épicerie que dans mon restaurant? Ça ne fait aucun sens, et c’est pourquoi on a fait le choix ici de ne discriminer personne, de respecter la vie privée de nos clients», a-t-il expliqué lors d’un entretien téléphonique.

À son avis, puisque la province a levé l’état d’urgence l’été dernier, les restrictions obligatoires ne sont plus en vigueur.

«Je ne vois donc aucunement comment cela pourrait être légal. Mais ce qui ne l’est pas par contre, c’est de discriminer une partie de ma clientèle qui, elle, pourrait ensuite décider de me poursuivre. En temps normal, exiger une preuve médicale d’un client – quelle qu’elle soit – est illégal et pourrait me valoir une poursuite», croit-il.

La publication de M. Tang a certes su déchaîner les passions. Elle a reçu beaucoup d’appui de la part d’internautes prêt à l’appuyer dans sa démarche, notamment en se proposant d’aller manger au restaurant. Toutefois, d’autres ont condamné le geste et promis de rapporter le comportement du propriétaire à la Santé publique.

Car il sait qu’avec sa sortie dans les médias sociaux, il s’est non seulement exposé à des clients potentiels, mais aussi aux inspecteurs de la Sécurité publique qui ont pour mandat de faire respecter la loi.

Depuis mercredi, toute personne qui refuse catégoriquement de se soumettre aux nouvelles règles est passible d’une amende allant de 172,50$ à 772,50$.

«Pour le moment, personne n’est encore venu. J’ai indiqué publiquement mes intentions mercredi, et en date de jeudi, personne n’est venu m’avertir», confirme M. Tang.

L’article de loi qu’interprète ce dernier est le Règlement sur les mesures préventives contre la COVID-19 de la Loi sur la Santé publique du Nouveau-Brunswick. Il réglemente notamment la preuve de vaccination avant d’entrer dans certains lieux ou de participer à certaines activités. Entre en vigueur cette semaine, il touche notamment les festivals, les bars, les salles de jeux diverses, les gymnases, les cinémas… et les restaurants.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle