Après une attente qui aura duré un peu plus de deux ans, le parc Atlas a finalement trouvé preneur.

Le maire de Pointe-Verte, Maxime Lejeune, a indiqué que quatre offres d’achat visant l’acquisition du centre récréotouristique de plus de 53 acres ont été soumises à l’administration municipale.

«Deux de ces offres étaient vraiment intéressantes, nous avons accepté l’une d’elles et pris une option sur la seconde offre», a-t-il confié.

La municipalité tentait depuis un certain temps de se départir du parc Atlas et de ses installations, jugeant que l’endroit représentait un fardeau financier pour le village de 900 habitants de la région Chaleur.

Lors de la mise en vente en 2019, l’ancienne administration municipale avait indiqué que le parc était déficitaire depuis son ouverture 30 ans plus tôt.

«Même fermé, le parc Atlas nécessitait des investissements en temps et en argent en raison de l’entretien régulier des lieux devant être fait pour le préserver», a indiqué Maxime Lejeune.

Principale attraction touristique et lieu de loisirs à Pointe-Verte à une époque pas si lointaine, l’endroit avait tout même connu de bons moments avec la présence de nombreux visiteurs qui fréquentaient le parc afin de s’adonner à la pêche, à la plongée sous l’eau ou à la marche et le ski dans les sentiers.

Le parc était aussi parfois le théâtre de spectacles et de diverses célébrations comme des mariages.

Fixé au départ à près de 900 000$ (comprenant tout l’équipement sur place), le prix de vente du parc Atlas avait été revu à la baisse cet été, atteignant un montant de 499 000$.

L’offre devenait ainsi plutôt alléchante, considérant la présence sur place d’un lac d’eau limpide d’une profondeur de 90 pieds, d’un boisé avec sentiers, d’un chalet et d’une aire de restauration avec terrasse donnant sur le lac artificiel.

L’absence d’achalandage et d’activités régulières et la pandémie de COVID-19 expliquent en bonne partie cette baisse de près de 400 000$ du prix demandé par la municipalité, a souligné le maire de Pointe-Verte.

Question de respecter l’entente de confidentialité, ce dernier n’a pas voulu révéler le prix de vente qui est actuellement sur la table ni l’identité de l’acheteur et ses intentions quant à l’utilisation du site.

«Une fois la transaction officiellement conclue, l’entrepreneur pourra révéler s’il le désire son identité et ce qu’il entend faire avec le parc», a indiqué Maxime Lejeune.

«Ça me fait quand même un pincement au cœur de devoir se départir du parc Atlas, il y a eu de belles années au parc… La municipalité n’a cependant pas les moyens financiers pour investir dans toutes les installations et des activités, ce n’est pas son mandat», a souligné le maire.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle