Après avoir subi un déclin de sa population étudiante de 2012 à 2016, la seule université francophone de la province continue de remonter la pente. Pour la quatrième année consécutive, l’Université de Moncton rapporte une croissance de ces inscriptions à temps complet pour sa session d’automne.

L’institution acadienne offrira ses programmes à 4745 étudiants et étudiantes à temps complet. Elle accueille 224 étudiantes et étudiants de plus que l’an dernier, ce qui représente une augmentation annuelle de 5%. Il s’agit là du plus haut niveau atteint depuis 2013.

Ces bons résultats s’expliquent par la croissance très soutenue du nombre d’étudiants internationaux. Au total, ils sont 1068 à avoir choisi l’un des trois campus de l’U de M pour une formation, soit une hausse de 37,8% par rapport au semestre d’automne 2020.

À l’inverse, les inscriptions provenant du Nouveau-Brunswick se chiffrent à 3099, soit 67 de moins que l’an dernier.

Selon le recteur et vice-chancelier, Dr Denis Prud’homme, ces progrès sont avant tout le résultat des efforts de recrutement et de l’assouplissement des restrictions aux frontières.

«L’excellent travail de nos équipes du recrutement, des admissions, du registrariat ainsi que des facultés, sur les trois campus, ont largement contribué au succès de l’augmentation de nos effectifs étudiants. De plus, la réouverture des ambassades canadiennes et l’assouplissement des frontières ont permis à un plus grand nombre d’étudiantes et d’étudiants internationaux de se rendre sur place pour effectuer leurs études», exprime-t-il.

Le recteur estime également que la gestion de la crise sanitaire au Nouveau-Brunswick jusqu’à la rentrée a favorisé un certain engouement.

«Le Nouveau-Brunswick a bien tiré son épingle du jeu depuis le début de la pandémie quand on se compare à d’autres juridictions.  C’est rassurant pour les parents qui envoient leur enfant sur nos campus. Ils savent que des mesures strictes sont en place pour diminuer les risques» lance-t-il.

Notons que le campus de Shippagan s’en tire particulièrement bien. L’établissement du Nord-Est enregistre une hausse fulgurante des inscriptions. En date du 20 septembre, il compte 587 étudiant(e)s, soit 150 de plus qu’à la rentrée 2020. La population estudiantine a connu une diminution dans le campus d’Edmundston (-38), mais progresse dans le campus de Moncton (+112).

La présidente de la Fédération des étudiantes et étudiants du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM), Mathilde Thériault, y voit là un signe positif pour la santé financière l’institution. Elle souhaite toutefois que la nouvelle n’éclipse pas la faiblesse des investissements consentis par la province depuis des années.

«L’avenir financier de l’université ne devrait pas dépendre des étudiants, souligne Mathilde Thériault. C’est une question politique provinciale, c’est le gouvernement qui sous-finance.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle