Un député provincial peut s’avérer un important allié pour une municipalité pour faire la liaison avec le gouvernement en place. Depuis l’élection fédérale du 20 septembre, plusieurs communautés de la grande région de Miramichi, dont Néguac, se trouvent sans représentation.

En août, Lisa Harris, ancienne députée libérale de Baie-de-Miramichi-Néguac et Jake Stewart, ancien député progressiste-conservateur de Miramichi-Sud-Ouest-Baie du Vin, ont démissionné de leurs postes provinciaux pour tenter leurs chances en politique fédérale dans la circonscription de Miramichi-Grand Lake. L’élection fédérale a été remportée par M. Stewart, du Parti conservateur et les deux circonscriptions provinciales se trouvent maintenant orphelines.

Même si aucune date n’a encore été fixée, selon la Loi sur les élections, des élections partielles doivent avoir lieu dans les six mois qui suivent le départ d’un élu, à moins que des élections générales soient prévues avant (ce qui ne sera pas le cas avant 2024 au Nouveau-Brunswick).

Importance d’une représentation locale

Pour une municipalité comme Néguac, la plus grande entité francophone dans Baie-de-Miramichi-Néguac, la personne élue au niveau provincial constitue un lien direct aux affaires gouvernementales à Fredericton, ce qui permet d’organiser des rencontres avec les ministres ou fonctionnaires clés pour faire avancer des projets ou d’avoir accès à des fonds provinciaux.

«Est-ce que l’absence d’un élu crée un problème? D’une certaine façon oui, parce qu’en ce moment, on n’a pas de représentant à Fredericton, par contre, ç’a plus d’impact lorsque la personne est du côté du gouvernement au pouvoir», explique Georges Savoie, maire de Néguac.

Depuis 2006, les gens de Baie-de-Miramichi-Néguac ont toujours voté du côté du pouvoir en élisant la libérale Carmelle Robichaud en 2006 (gouvernement libéral de Shawn Graham), le progressiste-conservateur Serge Robichaud en 2010 (gouvernement progressiste-conservateur de David Alward) et Lisa Harris en 2014 (gouvernement libéral de Brian Gallant), mais en 2019, la communauté côtière de plus de 1600 habitants s’est retrouvée du côté de l’opposition alors que la candidate libérale Lisa Harris a remporté un deuxième mandat, mais les progressistes-conservateurs ont été en mesure de former un gouvernement.

«Lorsque les représentants sont du côté de l’opposition, la situation n’est pas la même. Le député de l’opposition peut travailler avec les fonctionnaires et faire avancer des dossiers, mais des fois, il faut trouver d’autres solutions pour contacter le gouvernement directement. Pendant plusieurs années, on n’avait pas besoin de le faire, car nos députés se trouvaient du côté du gouvernement. Là, il faut patiner un peu autrement. C’est beaucoup plus difficile de faire avancer des dossiers.»

En attendant la tenue d’élections partielles, Néguac entend employer certaines des mêmes stratégies.

«On peut quand même essayer de passer directement par le ministre, leurs adjoints ou des hauts fonctionnaires.»

De son côté, les électeurs de Miramichi-Sud-Ouest-Baie-du-Vin appuient le progressiste-conservateur Jake Stewart depuis 2010 et la circonscription a failli tomber aux mains du People’s Alliance of New Brunswick en 2018.

La région compte tout de même les communautés acadiennes de Baie-Sainte-Anne et d’Escuminac.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle