IJL – Réseau.Presse – Acadie Nouvelle

Un groupe du programme Katimavik composé de huit jeunes garçons et filles âgés de 17 à 25 ans vient de débarquer à Moncton pour y vivre une nouvelle expérience avec les gens d’ici.

La cohorte qui vient d’arriver à Moncton il y a quelques jours est en provenance de Winnipeg et le groupe qui était à Moncton depuis deux mois et demi vient de partir pour la capitale manitobaine. Le programme Katimavik dure cinq mois, mais à mi-chemin les participants changent de province et de ville pour enrichir leur expérience.

«On a des maisons à travers le Canada et il se fait une rotation tous les deux mois et demi», explique Mathieu Laprise, agent de projet pour Katimavik à Moncton. Pour l’instant, Katimavik occupe six maisons à travers le Canada, soit à Moncton, à Winnipeg, à Nanaimo, à Calgary, à Peterborough et à Québec.

Selon Mathieu Laprise, à partir de janvier 2022, il y aura plus de maisons Katimavik de disponibles à travers le pays. «On est en train de chercher à développer des projets un peu partout à travers le Canada. Je ne sais pas exactement combien de maisons, mais il va y en avoir plusieurs», a-t-il expliqué.

«Depuis 2018, on a recommencé à revenir à Moncton», explique l’agent de projet qui a signé son contrat avec Katimavik en décembre dernier. C’est lui le responsable de la maison de Moncton.

«J’aide le groupe à passer à travers leur expérience. Je suis un peu leur point d’ancrage ici.»

Les huit jeunes qui viennent d’arriver proviennent de la Colombie-Britannique, du Manitoba et du Québec.

«On essaie d’avoir des jeunes de tous les horizons. C’est vraiment très mixte avec des jeunes de partout avec différentes expériences. On essaie d’avoir le plus possible un groupe qui représente le Canada», explique l’agent de projet qui vient d’Edmundston.

«Katimavik, en règle générale, c’est un programme axé sur les jeunes pour qu’ils puissent développer différentes aptitudes, raconte Mathieu Laprise. Ça peut aller dans différentes compétences, comme l’engagement civique, l’employabilité. On a aussi un axe sur la vérité et la réconciliation avec les Premières Nations. On a une plateforme toutes les semaines avec le groupe où on apprend un peu plus sur les Premières Nations, particulièrement ici avec les Mi’kmaw et les Malécites.»

La majorité du temps, soit l’équivalent de quatre jours par semaine, les bénévoles de Katimavik vont rendre différents services à des organisations dans leur communauté d’accueil. «Ils vont passer ces quatre jours avec ces organismes-là pour donner de leur temps, précise Mathieu Laprise. En dehors de ça, il y a différentes activités qu’on organise et qui sont reliées à différentes thématiques.»

«Pour ces quatre jours-là, c’est vraiment un placement volontaire pendant tout leur séjour à Moncton. Pour l’instant, on va travailler au YWCA, le Hospice Shoppe (vente d’articles usagés) et Habitat for humanity. En dehors de ça, on est bien sûr ouverts à faire du bénévolat dans la communauté. Les jeunes sont très motivés. Ils cherchent à faire une différence dans leur communauté», affirme leur porte-parole.

Rappelons en terminant que Katimavik est un programme de bénévolat pancanadien pour la jeunesse qui a été fondé en 1977.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle