En dépit d’une facture plus élevée qu’anticipé, le conseil municipal de Moncton donne son aval à la construction du nouveau quartier général du détachement Codiac de la GRC. Il s’agira du projet public le plus coûteux pour la municipalité depuis la construction du Centre Avenir.

Lundi soir, les élus ont voté par sept voix contre quatre en faveur d’une résolution donnant le feu vert à l’émission de l’appel d’offre et à la signature d’un bail de location sur 30 ans avec l’Autorité policière régionale de Codiac.

La Ville de Moncton travaille au remplacement du poste de police du 520, rue Main depuis 2014. L’édifice de deux étages sortira de terre sur la rue Albert, où la municipalité a acheté un terrain en 2019.

Les premiers estimés présentés à la Commission des emprunts de capitaux par les municipalités mentionnaient un investissement de près de 46 millions $. La facture s’élève finalement à 57,2 millions $.

Selon une consultante de la firme Colliers, cette hausse est en bonne partie attribuable à la hausse du prix des matériaux, de la main-d’oeuvre et des problèmes d’approvisionnement entraînés par la pandémie.

Au cours de la réunion, Sherry Trenholm, directrice des installations de la municipalité, a décrit l’état de vétusté de l’édifice actuel construit en 1978. L’endroit n’offre plus l’espace nécessaire et pose des problèmes de sécurité. L’état des cellules, par exemple, ne répond pas aux normes du contrat passé avec la force policière. Mme Trenholm estime que la municipalité devrait dépenser 4,6 millions $ pour l’entretien et les réparations des lieux jusqu’en 2025.

«Il faut remplacer le système d’éclairage. Les systèmes de mécanique, dont le système d’extinction d’incendie, la plomberie, le chauffage, l’aération et la climatisation, se rapprochent de la fin de leur durée utile», a-t-elle souligné.

Le déménagement permettra au détachement de bénéficier d’une surface de 6 463 mètres carrés contre 3 370 mètres carrés actuellement, et d’accueillir la croissance des effectifs au cours des 25 prochaines années.

Les plans incluent notamment une salle d’entraînement, un atrium, des vestiaires, des salles d’enquête, une zone de détention, un espace d’accueil du public, ainsi qu’un système de panneaux solaires sur le toît.

Le rapport présenté par l’administration municipale prévient qu’un report du projet pourrait impliquer d’autres coûts qu’entraineraient une potentielle augmentation des taux d’intérêt ou le maintien d’une forte inflation. De plus, la Ville compte sur une subvention de trois millions $ de la Fédération canadienne des municipalités qui exige que la construction soit terminée d’ici 2024.

Moncton réalisera l’emprunt et sera propriétaire des lieux, tandis que les villes de Dieppe et Riverview, également desservies par le détachement, paieront un loyer.

La mairesse Dawn Arnold a laissé entendre sa satisfaction suite au vote, mentionnant que le bâtiment actuel «n’est pas durable». «Ce n’est pas sécuritaire, déclare-t-elle. C’est un risque pour les membres. C’est un risque pour notre communauté. Il fallait donc faire quelque chose.»

Les conseillers Paul Richard, Shawn Crossman, Daniel Bourgeois et Bryan Butler ont voté contre la résolution.

Paul Richard a notamment rappelé les appels du Comité permanent de la sécurité publique et nationale de la Chambre des communes ou de l’Union des municipalités du Nouveau-Brunswick en faveur de la création de services policiers municipaux ou régionaux.

«Je crois que la Ville de Moncton devrait suspendre la construction du poste de police jusqu’à ce que le sort de la GRC en tant que fournisseur de services de police municipaux soit déterminé plus définitivement», exprime-t-il. Daniel Bourgeois s’inquiète aussi des coûts grandissants des services de la GRC, alors que les agents ont obtenu cette année une hausse de salaire de 23% sur six ans.

Seulement, le cabinet d’architecture RPL Architects, qui a assuré la conception, indique que le nouveau poste de police est conçu spécifiquement pour la GRC et note que les changements nécessaires adapter le bâtiment à une force municipale représenteraient des coûts additionnels.

Le conseiller Bryan Butler a quant à lui souligné que le bâtiment aurait dû être remplacé il y a plusieurs années. Le projet a été reporté à de multiples reprises. En 2017, la GRC espérait de nouveaux locaux dès 2020.

Le conseil sera amené à débattre et à voter une nouvelle fois en janvier 2022 pour acter l’attribution de l’appel d’offres.

Le début des travaux pourraient alors débuter en avril 2022 et se terminer avant la fin de l’année 2023. Le personnel civil de la GRC, les répartiteurs (actuellement basés à Dieppe), les commissionnaires et les agents de police y déménageront à partir de février 2024.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle