Accusé de non-respect des conditions de remise en liberté, Steven Laurette a une fois de plus pété les plombs lors d’une comparution qui s’est déroulée mardi après-midi à Bathurst.

L’individu âgé de 42 ans a comparu brièvement par visioconférence devant la juge Brigitte Sivret, en Cour provinciale.

Après un début d’audience qui s’est déroulée assez calmement, le résident de Tetagouche Sud, près de Bathurst, a de nouveau perdu son sang-froid, forçant la juge a mettre fin abruptement à sa comparution après quelques minutes seulement.

Fidèle à ses habitudes, l’accusé a décidé de prendre la parole alors que la magistrate était en train de s’exprimer.

Rappelé à l’ordre par cette dernière qui a lui a poliment indiqué de ne pas prendre la parole à moins d’y être invité, Steven Laurette a soudainement explosé de colère.

«The crown is lying to you, I’m fu**ing tired», a lancé à deux reprises l’accusé en s’adressant à la juge Sivret qui doit contenir les élans de rage de Laurette depuis sa première comparution devant le tribunal.

Les discussions portaient à ce moment sur une autre demande d’ajournement de la part de la défense.

La juge Sivret a commenté le tout en affirmant que Steven Laurette était littéralement hors de contrôle.

«Je ne peux accepter un tel comportement de la part de M. Laurette», a lancé la magistrate à l’endroit des avocats qui représentaient la Couronne et la défense.

Au cours d’une précédente comparution, l’accusé avait même poussé l’audace jusqu’à faire un doigt d’honneur à la juge en lui criant «Fu** you» à haute-voix tout en lançant à bout de bras un téléphone qu’il utilisait alors depuis le pénitencier où il est incarcéré.

Steven Laurette n’a pas toujours pas enregistré de plaidoyer quant aux accusations déposées contre lui.

Une ordonnance interdit à l’accusé de se trouver en présence d’une femme âgée de moins de 18 ans, à moins qu’un adulte au fait de l’ordonnance du tribunal en question ne soit présent.

Il est aussi accusé dans une affaire d’agression sexuelle et des contacts sexuels sur une personne âgée de moins de 16 ans et est en attente d’une enquête préliminaire dans ce dossier.

La divulgation ou non par la Couronne de l’ensemble de la preuve amassée contre l’accusé est au cœur d’un litige qui s’étire depuis quelques semaines et qui ralenti le processus judiciaire.

La Cour du Banc de la Reine doit bientôt statuer au sujet de cette délicate question qui oppose la défense et la Couronne.

La prochaine comparution de Steven Laurette est prévue le 3 novembre.

L’individu est toujours considéré comme étant une personne d’intérêt dans l’enquête visant la disparition de Madison Roy-Boudreau, une jeune adolescente âgée de 14 ans de Bathurst qui manque à l’appel depuis le 11 mai.

Steven Laurette n’a toutefois jamais encore été accusé dans cette affaire.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle