Le travail des chirurgiens de l’Hôpital pour enfants IWK à Halifax devrait permettre à un bambin de Bathurst de retrouver le sourire et une vie un peu plus normale.

Le petit Nahel Léo est né en mai avec une fente labio-palatine bilatéral complète, une malformation du visage communément appelé bec-de-lièvre.

Ce type d’anomalie congénitale se produit dans une naissance sur 1000 au Canada.

Chez la plupart des enfants, les fentes se produisent à cause d’un mélange de facteurs génétiques et environnementaux.

Atteint de la plus sévère forme de toutes les variantes de cette malformation, le bambin a dû être transporté par avion à l’Hôpital IWK le jour même de sa naissance.

Son état de santé ne permettait même pas au personnel soignant de le nourrir comme il se doit.

Une fois remise de l’accouchement, sa mère, Mabryna Thériault, est allée le rejoindre dans le premier d’une longue série d’aller-retours entre Bathurst et Halifax.

Une première chirurgie menée à la mi-septembre a permis de réparer la lèvre supérieure du garçon et de lui redonner le sourire.

Il s’agissait de la première d’une longue liste de procédures médicales visant à soigner l’enfant, procédures qui devraient s’étendre jusqu’au milieu de l’adolescence.

La mère du petit Nahel garde le moral malgré les épreuves qu’elle doit traverser.

«Il aime bien se faire câliner, jouer à coucou. C’est un bébé quand même heureux dans les circonstances», a raconté Mabryna Thériault.

«Heureusement, il n’est pas aux prises avec des douleurs constantes et il peut profiter de nuits de sommeil normales et d’une certaine qualité de vie», a ajouté la femme qui est originaire d’Edmundston.

Seule pour élever son enfant, la jeune mère a dû mettre un frein à ses études au CCNB afin de s’occuper de lui et de pouvoir se rendre à tous les rendez-vous médicaux.

Elle doit entre autres appliquer six fois par jour un gel favorisant la cicatrisation.

L’équipe médicale de Halifax qui soigne le bébé tend à se montrer satisfaite du parcours du petit Nahel jusqu’à maintenant.

«Le Dr Michael Bezuhly, son principal chirurgien, a la même malformation au visage. Ça apporte une touche de plus de sensibilité et une bonne dose de confiance», a indiqué Mme Thériault.

Cette dernière sait pertinemment bien que le chemin vers la guérison sera long pour son nouveau-né et parsemé d’épreuves à surmonter.

L’installation d’une plaque au palais dans environ un an, une chirurgie aux gencives à l’âge de cinq ans et une autre au nez au début de l’adolescence attendent Nahel.

Des traitements orthophoniques visant à favoriser le langage oral seront également de mise, tout comme un suivi multidisciplinaire du développement de l’enfant.

Le passage à l’adolescence, où l’apparence physique importe beaucoup, pourrait également représenter son lot de défis.

Les factures qui accompagnent les traitements du bambin représentent également un énorme poids sur les épaules de la mère.

«On parle de séjours de 8 à 10 journées qui me coûtent jusqu’à 2000$», a raconté Mabryna Thériault.

Une collecte de fonds a d’ailleurs été organisée sur la plateforme de sociofinancement GoFundMe afin d’offrir un soutien financier à la mère de Bathurst.

Sous le nom Help Nahel get his forever smile, la campagne a permis à ce jour d’amasser une somme de près de 2000$.

«Ça peut parfois être difficile de garder le moral, mais j’ai un bébé qui est heureux, c’est ce qui compte le plus», a souligné la mère.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle