IJL – Réseau.Presse – Acadie Nouvelle

La Chambre de commerce du grand Rogersville vient de compléter un projet pilote avec la réalisation de 25 capsules vidéo qui visent à lutter contre l’exode des jeunes, mais aussi à encourager plus d’employés potentiels à venir travailler dans la région.

Le président du conseil d’administration de la Chambre de commerce du grand Rogersville, Alain Lamarre, explique que certains commerces avaient un besoin de plus en plus criant d’employés. Il a cité en exemple le restaurant Tim Horton, mais aussi les restaurants Pizza Delight express et Decker Boy. Ces deux derniers se trouvent à la même adresse à Rogersville.

Selon le président de la Chambre de commerce, le Decker Boy a dû fermer en raison d’un manque de main-d’œuvre. Mais l’entreprise a rouvert ses portes depuis que Brian Geneau en a fait l’acquisition.

«Présentement ils doivent réduire leurs heures de travail, a expliqué M. Lamarre à propos du restaurant Tim Horton de Rogersville. Ils sont souvent fermés le soir à partir de 18h parce qu’ils n’ont pas de personnel. Le comptoir est souvent fermé le jour aussi.»

D’après M. Lamarre, le restaurant vient tout juste de perdre les services de trois employés qui ont décidé de quitter la région.

Selon un sondage préparé par un consultant embauché par la Chambre de commerce, 41% des employeurs ont des postes à combler et prévoient embaucher du personnel au cours des 12 prochains mois. La Chambre de commerce estime qu’environ 60 postes sont à pourvoir dans la région en ce moment. L’échantillon du sondage est de 75 employeurs mais jusqu’à présent, 46 employeurs de la région de Rogerville ont complété le sondage.

Ce sont surtout les services de restauration, les dépanneurs et les stations d’essence qui ont besoin de ressources humaines, selon le président de la Chambre de commerce.

De là a germé l’idée des gens d’affaires de la région et de différents partenaires de créer une initiative développée sous forme de campagne de promotion du marché de l’emploi.

Ce projet pilote vise à promouvoir l’emploi et l’entrepreneuriat auprès des jeunes et moins jeunes, rapatrier des jeunes en région et soutenir l’immigration, en plus d’aider au recrutement des employés auprès des entreprises, organismes et établissements publics des deux régions.

Concrètement, le projet pilote a permis de réaliser 25 capsules vidéo qui seront diffusées sur le web après avoir été présentées aux jeunes de la 10e à 12e année des écoles de Rogersville, de Miramichi et de Baie-Sainte-Anne. Le lancement des capsules vidéo se fait dans le cadre de la semaine de la PME du 17 au 23 octobre. Elles seront disponibles sur les médias sociaux de la Chambre de commerce ainsi que sur leur chaîne YouTube.

«On l’appelle projet pilote, car on pense que ce projet pourrait servir à d’autres communautés rurales au Nouveau-Brunswick qui ont peut-être de la difficulté avec la pénurie de main-d’oeuvre, l’exode des jeunes et le vieillissement de la population, explique Alain Lamarre. On veut montrer aux jeunes, par ces capsules, qu’il y a des emplois en région.»

Ces capsules traite de plusieurs secteurs d’activités économiques que l’on retrouve dans la région. D’ailleurs 25 employeurs de la région, la plupart de Rogersville, font partie des capsules vidéo.

M. Lamarre tient à préciser que tout ce travail se fait en collaboration avec le Village et divers intervenants de la région jusqu’à Miramichi.

Jeune entrepreneur revenu dans son patelin

Dominic Cormier, un jeune entrepreneur de la région revenu dans sa région natale, est propriétaire de Redfox Structural Design. Il est ingénieur spécialisé dans la conception de connexions, structures en acier.

«Moi ça a tout le temps été mon but de revenir. Toute ma famille est ici», dit-il.

Après avoir fait des études postsecondaires à l’extérieur et avoir vécu pendant quelques années dans la région de Moncton, lui et sa conjointe native de Rogersville souhaitaient revenir dans leur région natale. Depuis, il s’est ouvert un bureau à Rogersville et sa conjointe, qui est infirmière, travaille à Miramichi.

«Si tu ne peux pas trouver de travail ici, il y a Miramichi pas tellement loin», dit-il

Il semble y avoir de l’espoir à l’horizon puisque selon l’ingénieur, plusieurs personnes de son entourage reviennent à Rogersville.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle