Les PDG des deux réseaux de santé ont livré une mise à jour sur la situation précaire des hôpitaux de la province vendredi. Ils ont également prolongé le niveau d’alerte rouge interne dans tous leurs établissements pendant au moins une semaine.

Cet état d’alerte, déclenché le 12 octobre dans le Réseau de santé Vitalité, signifie que tous les services de soins de santé non-essentiels sont réduits ou interrompus temporairement. Vitalité et Horizon réévalueront la situation à chaque semaine.

La Santé publique a signalé cinq morts en raison de la COVID-19 vendredi ainsi que 40 nouveaux cas.

La ministre de la Santé, Dorothy Shephard, a aussi annoncé que 67 personnes se sont rétablies du virus en date de vendredi.

Vendredi, 50 personnes étaient hospitalisées en raison de la COVID-19 au N.-B., dont 15 aux soins intensifs.

Cet achalandage, combiné à un manque de personnel, a poussé les réseaux à interrompre plusieurs services et à réaffecter du personnel afin de maintenir l’essentiel, dont les soins intensifs, les unités COVID-19, le service d’urgence, le dépistage et la vaccination contre la COVID-19.

La PDG du Réseau de santé Vitalité, Dre France Desrosiers, a expliqué qu’il a aussi fallu repousser 2000 rendez-vous d’imagerie médicale et 515 chirurgies électives.

Mercredi dernier, par exemple, 55 chirurgies électives ont été reportées en une seule journée.

«Ce sont 55 citoyens au N.-B. qui devront malheureusement attendre un peu plus longtemps pour une chirurgie dont ils ont besoin pour améliorer leur santé et leur qualité de vie. C’est difficile pour eux et nous en sommes très conscients.»

Le taux d’occupation est au-dessus de 100% partout dans le réseau.

Elle affirme qu’il est primordial que ces hôpitaux puissent passer à la phase orange ou jaune dès que possible pour rétablir un niveau de soins plus près de la normale.

Il est toutefois trop tôt pour le faire alors que la quatrième vague de la pandémie s’abat toujours sur le système de santé, selon elle.

Vitalité compte 59 travailleurs de la santé qui sont retirés du travail en raison d’une exposition au virus, dont 19 qui sont atteints de la COVID-19.

Du côté de Horizon, 113 chirurgies ont été repoussées ou annulées.

Le Dr John Dornan, PDG par intérim du Réseau de santé Horizon, affirme que cet état d’alerte rouge est loin d’être sans conséquence même pour ceux qui n’ont pas la COVID-19.

«Nous craignons qu’après la phase rouge, les maladies des gens auront progressé à un point tel qu’ils auront un problème plus grave lorsqu’ils reviendront (nous voir).»

Il dit que cet état d’alerte pousse les régies à prendre des décisions «difficiles» à tous les niveaux de soins, une situation qui est «intenable» de façon générale.

Éclosions dans les hôpitaux

Depuis le début de l’éclosion dans l’Hôpital régional de Campbellton, 17 patients ont contracté le virus, et quatre en sont morts, selon Dre Desrosiers.

Dans la même éclosion, 37 travailleurs de la santé ont attrapé le virus.

La même équipe médicale et infirmière offre des soins dans cet hôpital et au Centre hospitalier Restigouche (CHR), un établissement spécialisé dans les soins en santé mentale, et ces nombres de cas comprennent les deux établissements.

Aucun nouveau cas n’a été décelé au CHR depuis dix jours, et l’Hôpital régional de Campbellton n’a vu aucun nouveau cas depuis le 20 octobre.

«Cela illustre très bien à quel point un seul cas d’infection acquis dans un hôpital peut paralyser un établissement au complet, puisqu’il faut retirer des travailleurs de la santé et prendre des mesures pour éviter la propagation», a dit la Dre Desrosiers.

Du côté de Horizon, une éclosion à l’Hôpital de Moncton dans les unités d’oncologie et de chirurgie générale a été confinée à ces deux portions de l’hôpital.

Selon le Dr Dornan, 14 patients et 11 employés sont atteints de la COVID-19 à cet hôpital, et personne n’est mort en raison de cette éclosion.

7000 employés de la fonction publique toujours pas vaccinés

Le 5 octobre, le gouvernement du N.-B. a annoncé que tous les employés de la fonction publique, soit 59 500 personnes, doivent être complètement vaccinées d’ici le 19 novembre, faute de quoi ils seront suspendus sans salaire.

Depuis ce temps-là, environ 6% de la fonction publique a reçu deux doses du vaccin.

La ministre de la Santé, Dorothy Shephard, a toutefois affirmé vendredi que 7000 travailleurs gouvernementaux (12%) n’ont pas reçu leur première dose du vaccin.

Comme 28 jours doivent s’écouler entre les deux doses du vaccin, ces 7000 travailleurs n’auront pas le temps d’être complètement vaccinés avant la date butoir.

Cela signifie au bas mot qu’ils devront passer un certain temps à la maison sans salaire jusqu’à ce qu’ils soient complètement vaccinés.

«Nous ne pouvons simplement pas nous permettre que des gens non vaccinés travaillent dans les services publics du Nouveau-Brunswick. Les risques potentiels pour les collègues, les patients, les élèves et le grand public sont trop élevés», a dit la ministre Shephard.

Environ 650 employés ont reçu une première dose et sont en voie d’être vaccinés d’ici la date limite, selon elle.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle