En dépit du nombre élevé de cas de COVID-19 un peu partout en province, la Santé publique n’entend pas forcer l’annulation de l’Halloween.

En point de presse vendredi, la ministre de la Santé, Dorothy Shepard, a confirmé que l’Halloween allait bien pouvoir être célébrée. Qu’à cela ne tienne, certaines lignes directrices devront être suivies et celles-ci varient si l’on se trouve ou non à l’intérieur d’une des trois zones sous le coup d’une mesure coupe-circuit.

La Santé publique recommande aux résidents qui désirent faire le tour des maisons à l’Halloween de se déplacer uniquement avec les membres de leur ménage et des gens figurant sur leur liste de 20 contacts réguliers.

Dans les régions où la mesure coupe-circuit est en vigueur, les gens peuvent également se déplacer pour Halloween, mais uniquement avec les membres de leur ménage. Ils doivent également respecter la distanciation appropriée, porter un masque et se conformer aux restrictions existantes sur les rassemblements à l’intérieur.

On demande aussi aux gens qui offrent des friandises de se désinfecter les mains entre chaque visiteur ainsi que de désinfecter fréquemment les surfaces qui sont touchées souvent comme les poignées de porte et les rampes d’escalier, et de distribuer les friandises sans contact.

Les gens qui offrent des friandises dans les régions où la mesure coupe-circuit est en vigueur devront les distribuer sans contact et porter un masque lorsqu’ils ne peuvent pas maintenir une distance d’au moins deux mètres.

Bien entendu, on incite les enfants à se désinfecter fréquemment les mains.

Pas cette année

Bien que la Santé publique n’ait pas choisi d’annuler la fête, des municipalités pourraient voir les choses d’un autre œil. C’est le cas d’Eel River Dundee, dans le Restigouche, qui a décidé d’être plus strict.

Considérant que le moment est mal choisi pour ce type d’activités en raison de l’éclosion qui sévit dans la région, elle demande aux petits monstres, sorcières et fantômes de ne pas faire de porte-à-porte. La décision est tombée en début de semaine.

«On a eu des décès dans notre communauté et il y a encore plusieurs cas. On trouve que ce ne serait pas sage de passer dans les maisons», confie le maire Mario Pelletier.

Celui-ci précise qu’il s’agit toutefois d’une recommandation et non d’une annulation formelle.

«On ne peut pas annuler la fête comme telle et les gens sont libres de suivre ou non notre recommandation. On ne va pas jouer à la police. Mais on espère quand même que nos citoyens respecteront cette décision», ajoute M. Pelletier.

Il n’est pas le seul à penser de la sorte. À la municipalité voisine, Balmoral, on a également opté pour ce scénario.

«C’est important en ce moment d’assurer la sécurité de notre population et de faire notre part pour limiter la propagation. En discutant avec plusieurs de nos citoyens, on s’est aperçu que plusieurs n’étaient pas à l’aise de voir des gens passer de maison en maison. On recommande donc aux familles de ne pas passer l’Halloween et, plutôt, d’être créatives et de faire une activité à la maison», souligne le maire, Guy Chiasson.

À défaut de préconiser les déplacements durant l’Halloween, les deux municipalités procéderont elles-mêmes à la distribution de sacs aux enfants par le biais d’un défilé la journée de l’Halloween.

À Eel River Dundee, on a même procédé à une collecte communautaire de friandises. M. Pelletier note d’ailleurs que la réponse des citoyens va bien au-delà des attentes.

«Je n’ai jamais vu autant de friandises, et ça continue de rentrer. Les gens nous font même des virements monétaires pour qu’on puisse en acheter. Les sacs des enfants seront bien remplis», promet-il.

Monstres bienvenus

Toutes les municipalités n’ont pas adopté la même ligne de pensée. Toujours au Restigouche, à Atholville, le conseil avait décidé de ne pas s’immiscer dans la fête de l’Halloween bien avant le dépôt des recommandations par la Santé publique.

«La fête avait été annulée l’an dernier. On ne voulait pas que ça se répète et empêcher les jeunes d’aller récolter des friandises», explique le maire, Jean-Guy Levesque.

Il trouve néanmoins important de sensibiliser ses citoyens à certaines règles élémentaires en temps de pandémie, comme de ne pas permettre aux jeunes d’entrer dans les maisons. Aussi, il mise sur la collaboration des jeunes afin qu’ils ne frappent qu’aux portes des gens désireux de participer, comme ceux ayant des décorations.

«On ne veut pas mettre nos citoyens dans une position inconfortable. La majorité des jeunes qui passent l’Halloween ont moins de 12 ans, donc non vaccinés, et ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise avec cette réalité. Il faut respecter ça», indique-t-il.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle