S’il y a une personne qui a compris que le phénomène de l’itinérance existe au Nord-Ouest, c’est bien Pierre Thibault.

Pierre Thibault – GracieusetéPendant plusieurs mois, il a fait preuve d’une grande générosité alors qu’il a accueilli une personne sans logement chez lui.

Tout en voulant demeurer humble par rapport à cette situation qu’il a vécue dernièrement, M. Thibault dit qu’il a toujours eu ce réflexe d’aider les gens dans le besoin.

«Mes parents étaient comme ça, alors je le suis un peu moi aussi. D’accueillir quelqu’un dans le besoin, c’est dans ma ligne de pensée. Le confort du prochain est plus important que le mien», a-t-il partagé.

Ne pouvant pas l’accueillir dans sa maison, en raison du manque d’espace, – il a déjà des locataires dans sa résidence – Pierre Thibault a aménagé une chambre dans son cabanon afin d’éviter que la personne en question se retrouve potentiellement à la rue.

«C’était l’ami d’une personne qui a déjà habité chez moi. Il a pensé à moi alors qu’il n’avait plus de place où rester.»

Cette alternative, qui ne devait être que pour une ou deux semaines, s’est finalement transformée en un hébergement d’environ quatre mois.

«Dans le fond, qu’il parte plus tôt ou plus tard, ça ne me dérangeait pas trop si ça faisait son affaire. C’était un peu gênant de l’avoir dans mon cabanon, car j’aurais aimé lui offrir quelque chose de mieux, mais lui était bien là-dedans», a ajouté M. Thibault.

Pierre Thibault – Gracieuseté

Pierre Thibault dit avoir retenu bien des choses de cette expérience. Il croit, comme bien des gens de la région, qu’il s’agit d’un problème grandissant et qu’il se manifeste de plusieurs façons.

«Chaque itinérant a une histoire presque complètement différente de l’autre (…) Mais, dans tous les cas, tout le monde a besoin de quelqu’un autour de lui. On a tous besoin d’aide ou de soutien un moment donné.»

Il avoue aussi avoir eu quelques doutes par rapport à l’aide qu’il a apportée au jeune homme qu’il a hébergé.

«Je me suis posé la question: est-ce que je lui fais vraiment du bien en ne lui donnant pas de date de départ? J’ai eu quelques échanges avec lui qui, je pense, ont aidé à le remettre à sa place. Le tout dans le respect.»

Avec son histoire, Pierre Thibault dit vouloir sensibiliser la population à ce phénomène. Il a même partagé un message sur sa page Facebook, il y a environ deux semaines, pour en parler.

«Je ne l’ai pas fait pour avoir une tape sur l’épaule, mais pour partager certaines choses. Le but de cette vitrine-là, c’était pour dire que ça existe chez nous, alors soyons ouverts et attentifs.»

Pierre Thibault a aménagé une chambre dans son cabanon afin d’accueillir une personne sans logement – Gracieuseté«Le comportement humain est très complexe, alors on doit avoir un rôle communautaire d’entraide. On peut faire un parallèle avec le mouvement des Anges bienveillants. Ce n’était pas pour sauver le monde, mais on connait tous des gens qui ont besoin d’aide et on espère que quand ce sera à notre tour, il y aura du monde pour nous aider.»

Comme bien des gens du milieu, l’homme d’Edmundston a insisté sur le fait qu’il n’existe pas assez de logements abordables pour héberger certaines personnes de la région, mais aussi des nouveaux arrivants.

«S’il avait eu un logement adapté à ses besoins quand il est arrivé dans la région, peut-être qu’il n’aurait pas vécu tout ça. Mais il n’y en avait juste pas.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle