IJL – Réseau.Presse – Acadie Nouvelle

Le livre blanc sur la réforme de la gouvernance locale semble être bien reçu dans la région de Kent, du moins dans l’ensemble.

Dans un regroupement identifié sous le nom d’entité 26, on retrouve le Village de Saint-Louis-de-Kent, le district de services locaux (DSL) de Saint-Louis-de-Kent (95%), les DSL de Saint-Ignace et l’Aldouane, ainsi que 10% du DSL de Saint-Charles.

«On s’était rencontré déjà, le DSL de Saint-Louis, Saint-Ignace, nous autres et Saint-Charles. Le DSL de Saint-Charles ne s’était pas prononcé sur ce qu’il voulait faire parce qu’il trouvait qu’il n’avait pas eu assez de consultations avec ses citoyens. Mais les autres DSL avaient fait savoir au ministre qu’ils seraient intéressés de s’amalgamer au Village de Saint-Louis. On était ouvert à ça. On aimait mieux s’organiser nous autres même que de se faire organiser. Pour le conseil du Village de Saint-Louis, on est content du résultat», a fait savoir la mairesse Danielle Dugas.

«C’est une association naturelle qui tient compte de nos communautés d’intérêts au niveau de la langue et de la culture», a d’abord mentionné le président du DSL de Saint-Ignace, Éric Tremblay.

Il cite en exemple la piscine de Saint-Louis dont 85% des utilisateurs étaient de l’extérieur du village.

«Dans le DSL de Saint-Ignace, on contribue déjà à la piscine, mais avec le nouveau rassemblement on va pouvoir mieux s’organiser. Moi je vois du positif là-dedans. Ça va nous aider à garder le centre AquaKent ouvert, et aider aux infrastructures touristiques de la région, comme le golf de Saint-Ignace.»

Le président du DSL est toutefois revenu sur le fait qu’à son avis, la consultation publique du ministre n’a pas été une vraie consultation, étant donné le peu de participation de la population comme telle, et la pandémie.

«Là maintenant, on espère qu’on va pouvoir consulter nos résidents, parce que nos résidents n’ont pas été consultés, explique Éric Tremblay. Là au moins on a quelque chose à travailler avec. Le ministre a toujours dit qu’il allait travailler avec les gens qui sont prêts à travailler avec eux. Bien, on est prêts à travailler avec le ministre.»

La présidente du DSL de Saint-Louis, Gisèle Fontaine, semble satisfaite de la tournure des événements.

«Ce n’est pas si pire que ça, a-t-elle d’abord lancé. De cette manière-là, on a déjà un endroit pour tenir nos réunions et pour se rencontrer, parce que le Village a déjà ça maintenant. Saint-Louis, c’est là que les gens se rejoignent.»

À l’Aldouane, le président du DSL, Amand Martin, y va plutôt d’un bémol. Il aurait préféré faire partie d’une communauté rurale, c’est-à-dire une entité composée complètement d’autres DSL.

«On a tous nos propres systèmes d’égouts, on a tous nos puits, nos propres petites choses», dit-il.

Les deux municipalités de la région (Saint-Louis-de-Kent et Richibucto), selon lui, ont des problèmes financiers. «Ils ont besoin d’argent. On le sait, ce n’est pas caché.»

D’après M. Martin, les deux ont besoin de nouveaux systèmes d’égouts et de nouvelles infrastructures. Il dit que parfois, il est préférable de marcher à côté plutôt que sur certains trottoirs.

«Le problème c’est que nous, comment ça va nous affecter? Est-ce qu’on va payer pour arranger leurs systèmes? C’est de ça que le monde a peur, admet-il. Qu’est-ce qu’on va avoir comme service pour l’argent qu’on va payer d’extra?»

Richibucto-Saint-Charles

La mairesse de Richibucto, Stella Richard, avait déjà rencontré à ce sujet le président du DSL de Saint-Charles, Paul Lirette, mais sans que rien ne soit coulé dans le béton. Pour elle, ça ne changera pas grand-chose.

«C’est comme s’ils faisaient déjà partie de nous», avance-t-elle. Elle semblait toutefois étonnée que l’Aldouane ne fasse pas partie de l’entité 27, composée de Richibucto et Saint-Charles (90%).

«Ce n’est pas quelque chose qui me surprend, a de son côté exprimé le président du DSL de Saint-Charles. Il y avait déjà une belle collaboration qui se faisait entre Richibucto et Saint-Charles. On avait même travaillé ensemble pour l’établissement du Centre Imperial.»

Il a indiqué que la communauté de Saint-Charles a déjà des choses en commun avec Richibucto en ce qui a trait à certains services, dont la Bibliothèque publique.

«Le ministre nous avait dit de discuter ensemble et d’essayer de nous trouver des liens.»

L’amalgamation de cette façon est «logique» à son avis.

«Je ne suis pas déçu, et je m’en attendais un peu. Ça fait juste confirmer ce que je pensais qu’il allait arriver», dit en riant M. Lirette.

Ailleurs dans la région

Le Village de Rogersville, ainsi que les DSL de Collette, Acadieville, Rogersville et 5% du DSL de Saint-Louis sont regroupés sous l’entité 25.

La Ville de Bouctouche ainsi que les DSL de Wellington (90%) et Sainte-Anne-de-Kent sont sous l’entité 29.

Le Village de Saint-Antoine et les DSL de Grand Saint-Antoine, Wellington (10%), Saint-Paul et Sainte-Marie se retrouvent sous l’entité 30.

La Communauté rurale de Cocagne et les DSL de Dundas, Grande-Digue et Shediac Bridge-Shediac River sont sous l’entité 31.

Un District rural a été formé avec les DSL de Harcourt (10%), Carleton, Pointe-Sapin et Cap-de-Richibouctou.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle