Richibucto est aux prises avec un problème de bruit et de circulation automobile à haute vitesse dans les rues de la municipalité, surtout aux petites heures du matin.

Des conducteurs sans scrupule se promènent en faisant gronder leurs moteurs ou crisser leurs pneus en pleine nuit.

«Ça se passe vers 4h-5h du matin et ils peuvent passer cinq ou six fois et ça nous réveille, ça fait terriblement de bruit», indique la mairesse de Richibucto, Stella Richard.

Dans certains cas, le silencieux des véhicules visés semble avoir été remplacé ou modifié pour augmenter le vacarme.

Selon la mairesse de Richibucto, ce problème persiste depuis déjà un certain temps. Du moins, ça été le cas durant tout l’été. Elle trouve la situation injuste pour les résidents.

«C’est notre problème majeur», dit la mairesse.

Le problème a été discuté lors d’une présentation publique de la GRC à la réunion du conseil municipal de Richibucto le 16 novembre. La présentation s’est étirée pendant presque deux heures. Des gens de la communauté avaient des questions et des interventions concernant le bruit qui semble déranger toute la communauté.

Le sergent de la GRC au district de Richibucto, Maxime Babineau, a fortement encouragé les personnes présentes à documenter leur information lorsque survient ce genre de situation où les conducteurs font du bruit ou roulent à haute vitesse. Il a invité les personnes dans la salle à prendre des notes sur l’incident: numéro de plaque d’immatriculation, description du véhicule, modèle, couleurs, la date et l’heure, etc.

«Donnez-nous les preuves dont on a besoin», a précisé le policier.

Il encourage même les gens à composer le 911 lorsque le crime est en progression. Ainsi, si un policier se trouve à proximité, il pourra intervenir sur le champ et arrêter le conducteur pris en défaut.

La police encourage également l’installation de caméras à des endroits stratégiques de la municipalité. La mairesse a fait savoir que le conseil municipal allait discuter de cette possibilité.

L’implantation de dos-d’âne (speed bump) semble être une autre option envisageable. Le sergent Maxime Babineau a cité l’exemple d’Indian Island qui en compte plusieurs dans la communauté autochtone. La greffière de Richibucto, Mélanie Savoie, a toutefois indiqué que cet aménagement ne serait pas possible sur les rues Main et Acadie, la caserne des pompiers de Richibucto se trouvant sur la rue Acadie.

Présentation de la GRC

La GRC a présenté quelques statistiques lors de son exposé devant les élus municipaux de Richibucto. Le corps policier du détachement de Richibucto est composé de 30 personnes, soit le sergent Maxime Babineau qui pilote une équipe de cinq caporaux et 24 constables.

Le sergent a fait remarquer que lorsqu’il y a des agents blessés au sein de son équipe, ils ne sont pas remplacés, de sorte qu’une équipe réduite doit offrir le même service. Lors d’une rencontre publique à Bouctouche le mois dernier, le sergent avait indiqué que cinq de ses agents étaient sur la liste de blessés.

La GRC régionale a enregistré 8537 incidents impliquant la police en 2020. Ce nombre semble en constante évolution puisque le corps policier en compte 7503 de janvier à octobre 2021. Le total était de 5766 en 2019 et 6083 en 2018.

À Richibucto seulement, on compte 656 interventions impliquant la police de janvier à octobre 2021. Ces incidents se rapportent surtout à la loi sur les véhicules à moteur, les fausses alarmes (55) et les appels concernant la loi sur la santé mentale (28).

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle