Les discussions se poursuivent entre le SCFP et le gouvernement au sujet des modifications du régime de pension des conducteurs d’autobus scolaires et des concierges. Le premier ministre Blaine Higgs espère que la question sera réglée rapidement.

Il a affirmé mardi, en mêlée de presse, qu’il aimerait voir un règlement cette semaine, et que l’offre du gouvernement est «très équitable».

Plus tôt ce mois-ci, lors de la deuxième semaine de la grève de la fonction publique, Blaine Higgs a répété à plusieurs reprises que l’offre du gouvernement était un «package deal» à prendre ou à laisser, et que les changements au régime de retraite étaient indissociables des augmentations de salaire de 2% par an.

Toutefois, vendredi dernier, seule la section 1253 a refusé l’offre du gouvernement en raison des changements proposés à son régime de pensions, alors que les 10 autres sections locales ont accepté l’offre qui comprend des augmentations salariales de 2% par an pendant cinq ans.

Le gouvernement veut notamment que la section 1253 abandonne le modèle à prestations déterminées en faveur de celui à risques partagés, qui éviterait des dépenses supplémentaires de 5 à 7 millions $ annuellement.

D’après M. Higgs, l’offre proposée consiste toujours à confier la modification de ce régime de pension à des actuaires plutôt que d’imposer un modèle précis, moyennant plusieurs conditions – notamment que le nouveau régime soit «durable» et qu’il soit alimenté par des contributions égales de la part des membres du régime et du gouvernement.

La présidente de la section 1253, Iris Lloyd, a affirmé la semaine dernière que le «langage» sur cette question dans l’entente de principe n’était pas clair, et que c’est ce qui a fait pencher la balance.

Elle a aussi affirmé que les écoles demeureront ouvertes tant et aussi longtemps que le gouvernement demeure prêt à négocier.

Mardi, le premier ministre a réitéré que son offre est un «package deal», et qu’il espère que les rencontres avec le syndicat permettront aux dirigeants de la section 1253 de «mieux comprendre» l’offre du gouvernement afin de la recommander à ses membres.

«Les dirigeants syndicaux n’auraient pas donné leur accord à une entente de principe s’ils n’avaient pas été convaincus que l’entente respecte les exigences de tous leurs membres», a-t-il ajouté.

Il a aussi précisé que les participants au régime de pension qui sont à la retraite ne devraient constater aucun changement sur leur chèque.

Le local 2745 du SCFP, qui représente notamment des assistant(e)s en éducation, a accepté l’offre du gouvernement. Seulement une portion des membres de cette section – qui regroupe 3900 employés – dispose actuellement d’une pension. Dans la nouvelle entente, tous ses membres pourront adhérer au régime de pension provincial.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle