La campagne d’immunisation contre la COVID-19 chez les enfants âgés de 5-11 ans débutera dès vendredi au Nouveau-Brunswick.

Les parents avec des enfants âgés de 5 à 11 ans peuvent désormais prendre rendez-vous afin de faire vacciner leurs enfants avec le vaccin à ARNm Comirnaty de Pfizer-BioNTEch.

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, en a fait l’annonce mardi matin.

«Ces doses pédiatriques, qui contiennent une quantité plus petite d’ARNm, ont commencé à arriver au Nouveau-Brunswick, a-t-elle indiqué hier. À compter d’aujourd’hui, les parents peuvent prendre rendez-vous pour leurs enfants dans une clinique organisée par une régie de la santé.»

Dorothy Shephard a précisé que la vaccination chez les enfants était fort attendue en raison de l’augmentation des infections chez cette tranche d’âge.

«Environ 30% des cas répertoriés depuis septembre ont été signalés chez les jeunes de moins de 20 ans», a-t-elle précisé.

Dans un deuxième temps, des pharmaciens participeront aussi à l’effort de vaccination des plus jeunes.

Sur Twitter, le directeur général de l’Association des Pharmaciens du Nouveau-Brunswick, Jake Reid, a indiqué que les pharmacies participantes recevront leurs premières doses du vaccin entre le 2 et le 8 décembre.

Mme Shephard espère aussi que certains cabinets de médecins participeront aussi à la campagne d’immunisation. Pour l’instant, aucune clinique de vaccination n’est prévue dans les écoles de la province.

Freiner la propagation du virus

L’inoculation du vaccin chez les 5 à 11 ans débutera dès vendredi. Afin d’être pleinement immunisés contre la COVID, les enfants devront obtenir deux doses du vaccin, avec un intervalle d’au moins huit semaines entre chacune des doses.

«Ce sont de bonnes nouvelles puisqu’il faut vacciner le plus grand nombre de gens afin de freiner la propagation du virus et réduire le nombre de cas actifs et les hospitalisations», a dit Jennifer Russell, médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick.

Afin de rassurer les parents qui hésitent à faire vacciner leurs enfants, Mme Russell a rappelé que des recherches sur les vaccins à ARNm sont en cours depuis des décennies, notamment pour développer des vaccins contre la grippe, le virus Zika et la rage.

«Le développement des vaccins contre la COVID n’a pas été précipité, a-t-elle martelé. En raison de l’urgence de la pandémie, les fabricants de vaccins ont travaillé avec des chercheurs de partout sur la planète afin de recueillir des données scientifiques. C’est cette coopération mondiale sans précédent qui a permis aux vaccins à ARNm d’être développés et passer toutes les étapes des essais cliniques.»

Dre Rachel Ouellette, une pédiatre de la région de Fredericton qui était aussi présente au point de presse, a indiqué que la vaccination chez les jeunes est l’occasion de leur permettre de retrouver un semblant de vie normale, ce qui réduira le stress et l’anxiété qu’ils ont connus en raison de la pandémie.

«En tant que mère de jeunes enfants, je suis impatiente de les faire vacciner le plus rapidement possible, a-t-elle indiqué. Je veux rassurer tous les parents que le vaccin a été minutieusement testé et qu’il est sécuritaire pour les enfants.»

Dre Ouellette précise que les effets secondaires du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTEch s’apparentent à ceux d’autres vaccins. Que ce soit de la rougeur et de l’enflure au site d’injection ou des symptômes de grippe – frissons, fatigue, douleurs articulaires ou musculaires et légers maux de tête– ceux-ci durent généralement de quelques heures à quelques jours.

«Ce genre de situation est tout à fait normale et signifie que le corps de votre enfant réagit de façon naturelle et travaille fort pour bâtir une protection contre le virus. Si les symptômes persistent pendant plus de 72 heures, il faut toutefois consulter un médecin», a-t-elle précisé.

Vaccination volontaire, pour l’instant

Le Nouveau-Brunswick ne prévoit pas, pour le moment, rendre la vaccination chez les enfants obligatoire. Les enfants de 5 à 11 ans non vaccinés pourront aussi continuer à pratiquer des activités sportives et accompagner leurs parents au restaurant.

«Nous n’en sommes pas là. Je crois que, comme nous l’avons fait avec la vaccination chez les adultes, il faut voir comment les choses vont progresser», dit Mme Shephard.

Aucune cible à atteindre quant au taux de vaccination chez les 5 à 11 ans n’a pour l’instant été fixée, ajoute Mme Shephard.

Au Nouveau-Brunswick, 54 500 enfants de 5 à 11 ans sont admissibles à la vaccination contre la COVID-19. Santé Canada a donné son feu vert à l’utilisation du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTEch vendredi dernier. Son utilisation est aussi conseillée par le Comité consultatif national de l’immunisation.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle