Une enquête menée par la Santé publique a été incapable d’identifier la source des cas de légionellose signalés dans la région de Moncton l’été dernier et la plupart de ceux-ci ne seraient pas reliés.

La Santé publique a mis fin à son enquête visant à déterminer la cause de neuf cas de légionellose signalés dans la région de Moncton entre juillet et septembre.

Mercredi, le médecin-hygiéniste régional, Dr Yves Léger, a expliqué que l’enquête n’a pas permis de déterminer les causes des infections à la Legionella, la bactérie responsable de la légionellose.

En 2019, 16 cas de légionellose ont été recensés à Moncton. La Santé publique avait alors conclu que l’éclosion avait été causée par une tour de refroidissement contaminée située à l’usine de l’entreprise Organigram.

Cette fois, il a toutefois été impossible de déterminer la cause des infections.

La Santé publique a pourtant mené des tests sur l’ensemble des tours de refroidissement retrouvées sur le territoire du Grand Moncton.

Des analyses visant à comparer les prélèvements effectués chez six patients à ceux récoltés dans des tours de refroidissement présentant des niveaux élevés de Legionella n’ont pas permis de trouver la source à l’origine des infections de l’été dernier.

«Les cas analysés, sauf un, ne sont pas liés à une tour de refroidissement et on ne peut pas conclure d’où proviennent les infections», a expliqué Dr Léger.

Le cas soupçonné d’être associé à une tour de refroidissement est d’ailleurs lui aussi problématique puisqu’il correspond à une souche retrouvée dans deux tours situées sur deux sites différents.

«Il est donc difficile de tirer toute conclusion quant à la provenance de cette infection puisque la même souche a été retrouvée à deux sites distincts, situés à une bonne distance l’un de l’autre, soit plus de trois kilomètres», précise le Dr Yves Léger.

L’enquête suggère d’ailleurs que les malades pourraient avoir été infectés par trois sources distinctes.

Les prélèvements chez les six patients infectés montrent que trois d’entre eux avaient été infectés par une souche de Legionella apparentée, indiquant que ces cas sont possiblement reliés. Deux autres patients étaient pour leur part infectés par une souche de la même famille. Une souche distincte des cinq autres cas a aussi été trouvée chez une sixième personne.

«Les résultats montrent qu’il ne s’agit pas d’une seule éclosion. En effet, il y avait trois grappes distinctes, dit Dr Léger (…) J’hésite même à utiliser le terme grappe, car nous ne savons pas avec certitude si les cas au sein de ces groupes sont réellement reliés les uns aux autres. Nous n’avons pu établir aucun lien entre les cas.»

Des cas sporadiques

Dr Léger reconnaît que l’enquête de cette année a été beaucoup plus complexe à mener que celle de 2019.

«Il est possible que nous soyons en présence des cas n’ayant aucun lien entre eux, ce qu’on appelle des cas sporadiques, dit Dr Léger. Ces infections sont toujours difficiles à expliquer et elles peuvent parfois brouiller les cartes, comme ç’a été le cas cette fois-ci.»

Les cas sporadiques, ajoute-t-il, ont tendance à survenir à la fin de l’été ou au début de l’automne pour des raisons qui demeurent mal comprises.

Mis à part le hasard, il est difficile à expliquer pourquoi un nombre aussi élevé des cas sporadiques serait survenu au même moment, reconnaît Dr Léger.

Sept des neuf personnes infectées par la Legionella l’été dernier ont dû être hospitalisées, dont une aux soins intensifs. Une des personnes est décédée en raison de la maladie.

La légionellose est une maladie grave qui cause une pneumonie et qui peut être mortelle pour 10% à 15% des personnes infectées. Elle est causée par une bactérie, la Legionella, que l’on retrouve dans des environnements humides naturels comme les lacs et les étangs. Cette bactérie est aussi très répandue dans les tours de refroidissement qui servent de système de climatisation de plusieurs édifices.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle