Le conseil municipal de Dalhousie a décidé d’offrir un cadeau à ses citoyens pour ce qui sera fort probablement son dernier budget avant son regroupement avec la municipalité voisine de Charlo.

Les élus de la ville portuaire ont adopté un budget de fonctionnement général de 6,102,487$ mercredi, un budget en hausse d’un peu plus de 300 000$ comparativement à l’exercice précédent.

Ce qui frappe toutefois, c’est que Dalhousie fait partie des rares municipalités du nord de la province ayant opté pour abaisser son taux foncier. Celui-ci passera à 1,7023$, une diminution de 5 cents.

Bien que le taux demeure bien au-delà de la moyenne provinciale, la baisse est notable, et particulièrement pour une municipalité qui a connu autant de défis depuis les 15 dernières années.

«Actuellement, nous sommes en bonne santé financière. Nous avons peu de dettes d’importance et reçu davantage de revenus en raison de l’augmentation de 4,6% de notre assiette fiscale. On pouvait donc se permettre une certaine flexibilité cette année au niveau des taxes municipales», explique le directeur général de l’endroit, Gilles Legacy.

Selon le maire, Normand Pelletier, la décision du conseil a été prise dans l’optique de donner un répit à ses citoyens. Dans les faits, le conseil a même dû se retenir de baisser davantage son taux foncier.

«On a eu une bonne année, complété plusieurs projets et même réussi à mettre de l’argent de côté. On aurait pu baisser notre taux jusqu’à 8 cents, mais on a préféré être sage. On doit penser à ce qui va arriver dans le futur et à certains coûts qui ne cessent d’augmenter, comme celui des assurances qui vient de gruger 60 000$ de plus dans nos coffres. Cela dit, on tenait tout de même à redonner à notre population, dans les circonstances on croit que c’était la chose à faire», explique le maire.

À noter dans la colonne des revenus additionnels cette année, la Ville a ajouté un montant de 75 000$ en raison de la mise en service de sa mini-turbine hydroélectrique. Il s’agit d’un montant conservateur puisqu’on anticipe des revenus frôlant les 100 000$.

Ironiquement, il s’agit du premier budget du nouveau conseil, mais aussi son dernier en raison du regroupement forcé par la province. Dalhousie doit en effet fusionner avec la municipalité de Charlo ainsi que du DSL de Point la Nim et quelques morceaux de ceux de Dalhousie et Chaleur. Du coup, de nouvelles élections auront lieu en 2022.

«On a eu une discussion à ce sujet au conseil, et plusieurs sont déçus que le projet de regroupement n’englobe pas toutes les municipalités du Restigouche-Est, surtout maintenant qu’on est dans une bonne situation financière. On s’est fait reprocher pendant longtemps de vivre au-dessus de nos moyens, de ne pas avoir le courage de faire le ménage, mais on a fait nos devoirs et on voit le résultat. Nous ne sommes plus le fardeau que tout le monde craignait», dit M. Pelletier.

Stable à Balmoral

Dans la communauté voisine de Balmoral, le conseil a pour sa part présenté un budget de fonctionnement équilibré de l’ordre de 2 089 948$. Le taux foncier demeurera inchangé à 1,4391$, tout comme le taux pour les eaux et égouts.

«La combinaison d’une saine gestion financière et d’une hausse de l’assiette fiscale

d’un peu plus de 2% nous permet de ne pas augmenter notre taux de taxe, et ce, malgré la hausse de certaines dépenses», a déclaré le maire, Guy Chiasson.

Celui-ci est également conscient qu’il s’agit du dernier budget de la municipalité dans sa forme actuelle. Selon ce qui est prévu dans la réforme municipale, Balmoral doit être regroupé avec le village d’Eel River Dundee ainsi que les DSL de Blair Athol, Balmoral-Saint-Maure et une partie de celui de Balmoral-Maltais.

Restigouche-Ouest

À Saint-Quentin, le conseil a adopté un budget de  3 251 300$, en hausse de 6,86%.

L’assiette fiscale de la municipalité a grimpé de 3,95%, ce qui équivaut à une hausse de 6 543 950$ par rapport à la précédente. La subvention de financement et de péréquation communautaires a également crû d’un peu plus de 12%, pour se chiffrer à 469 126$. Ces deux augmentations contrebalancent des augmentations significatives, notamment du côté des primes de l’assurance responsabilité, du département des transports (entretien des routes) et de l’urbanisme. Le taux foncier demeure ainsi similaire à celui de l’an dernier à 1,45$. Du côté des eaux et égouts, le citoyen verra sa facture annuelle augmenter légèrement, passante de 450$ à 460$

Dans la Communauté rurale de Kedgwick, l’assiette fiscale a également été revue à la hausse de 5,2%, donc un peu plus de 6,3 millions $. Le conseil a adopté un budget de 4 045 358$. On ne prévoit pas de hausse du taux foncier dans la partie de l’ancien village. Le taux demeurera donc à 1,56%. Toutefois, en guise de rattrapage, les autres parties de la communauté rurale – dont les taux sont tous sous la barre du 1$ du 100$ d’évaluation – subiront chacun une hausse de trois cents. Stable depuis 2016, le service des eaux et égouts passera toutefois de 466$ à 525$.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle