Le procès opposant la Municipalité régionale de Tracadie et son ex-chef pompier s’est mis en branle lundi matin, à Bathurst.

Denis Savoie poursuit la municipalité et réclame un dédommagement pour son congédiement qu’il qualifie toujours «d’injustifié».
M. Savoie a été remercié de ses services en avril 2017, moins de deux ans après ses débuts à titre de chef pompier et de directeur de la sécurité publique.

L’ancien pompier avait auparavant publiquement fait état de certaines irrégularités à l’intérieur des casernes et d’une culture d’intimidation qui régnait au sein de son département, ce qui n’avait évidemment pas plu à l’administration municipale.

Lundi, l’ancienne conseillère Ginette Brideau Kervin a été le premier témoin à défiler devant le juge Ivan Robichaud, de la Cour du banc de la Reine.

L’ancienne élue a raconté au tribunal qu’il existait déjà certains problèmes au sein de la brigade à cette époque et que le tout constituait un sujet qui était «chaud».

Elle a ajouté que Denis Savoie avait comme mandat lors de son arrivée en poste en septembre 2015 de mettre de l’ordre dans la brigade.
Cette dernière a également expliqué le processus d’embauche et de destitution du chef pompier, tout en précisant que Denis Savoie n’était pas le choix numéro un de l’administration municipale à l’époque de son embauche.

Ginette Brideau Kervin a poursuivi son long témoignage en indiquant qu’elle s’était opposée à la destitution de celui qui était devenu simple directeur de la sécurité publique après une refonte de l’organigramme municipal.

Lors de son témoignage, cette dernière a fait allusion à une division qui régnait au sein du précédent conseil municipal de Tracadie qui ne s’entendait pas sur le sort à réserver à Denis Savoie.

Au cours du contre-interrogatoire mené par l’avocat qui représente les intérêts de la municipalité, Mme Brideau Kervin a été questionnée au sujet de ses allégeances politiques et de ses liens avec les maires de Tracadie qu’elle a côtoyés durant son règne en tant que conseillère.

En raison des propos portant sur les divisions au sein du conseil, l’audience tenue lundi ressemblait par moment au procès de l’actuel maire de Tracadie, Denis Losier.

Poursuivant son contre-interrogatoire, Me Basile Chiasson a insisté sur le dépôt de deux rapports de consultants externes qui se sont penchés sur la brigade d’incendie de Tracadie et le travail de son chef de l’époque.

L’un des rapports avait mis en lumière le style et le manque de leadership de Denis Savoie qui avait contribué à envenimer la situation.

L’autre rapport avait également blâmé le manque de leadership du chef pompier, sans toutefois recommander son départ.

Conseiller municipal de longue date, Jean-Yves McGraw a été le deuxième témoin invité par la partie demanderesse à témoigner en Cour.

Au moment du départ de Denis Savoie, ce dernier agissait en tant que responsable municipal du Comité de la Sécurité publique de Tracadie.

Il a raconté que la sortie médiatique du demandeur était responsable de son congédiement par l’administration municipale qui ne tolérait pas de telles initiatives de la part d’employés sans permission explicite de la direction de la municipalité.

«M. Savoie a fait un bon travail pour la municipalité», a raconté Jean-Yves McGraw au tribunal, tout en laissant entendre que la Municipalité régionale de Tracadie avait manqué à plusieurs égards à son devoir d’appuyer son chef pompier durant son mandat.

L’avocat principal de Denis Savoie, Me Brian Murphy, a indiqué à l’Acadie Nouvelle que ça sera au juge de déterminer le montant d’argent auquel son client aura droit s’il est prouvé devant le tribunal qu’il a bel et bien été victime d’un congédiement illégal.

Certains avaient avancé lors du départ de Denis Savoie qu’une somme pouvant aller jusqu’à 1 million $ pouvait être réclamée par le demandeur, montant qui a depuis été revu à la baisse.

Le seul montant d’argent qui a été évoqué au jour un du procès est une somme de près de 22 000$ qui est réclamé par l’ancien chef pompier à titre de compensation pour divers frais encourus, comme ceux d’ordre médical.

Le procès opposant la Municipalité régionale de Tracadie et son ex-chef pompier se poursuit mardi matin, à Bathurst, et doit s’étendre jusqu’à lundi prochain.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle