Le procès opposant la Municipalité régionale de Tracadie et son ex-chef pompier s’est mis en branle lundi matin, à Bathurst.

Denis Savoie poursuit la municipalité et réclame un dédommagement pour son congédiement qu’il qualifie toujours «d’injustifié».

M. Savoie a été remercié de ses services en avril 2017, moins de deux ans après ses débuts à titre de chef pompier et de directeur de la sécurité publique.

L’ancien pompier avait auparavant publiquement fait état de certaines irrégularités à l’intérieur des casernes et d’une culture d’intimidation qui régnait au sein de son département, ce qui n’avait évidemment pas plu à l’administration municipale.

Lundi, l’ancienne conseillère Ginette Brideau Kervin a été le premier témoin à défiler devant le juge Ivan Robichaud, de la Cour du banc de la Reine.

L’ancienne élue a raconté au tribunal qu’il existait certains problèmes au sein de la brigade à cette époque et que le tout constituait un sujet qui était «chaud».

Elle a ajouté que Denis Savoie avait comme rôle lors de son arrivée en poste de mettre de l’ordre dans la brigade.

Cette dernière a également expliqué le processus d’embauche et de destitution du chef pompier, tout en précisant que Denis Savoie n’était pas le choix numéro un de l’administration municipale à l’époque de son embauche.

Ginette Brideau Kervin poursuivait son témoignage lundi après-midi.

L’avocat principal de Denis Savoie, Me Brian Murphy, a indiqué à l’Acadie Nouvelle que ça sera au juge de déterminer le montant d’argent auquel son client aura droit s’il est prouvé devant le tribunal qu’il a bel et bien été victime d’un congédiement illégal.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle