Nouveau joueur dans le domaine de la préservation des zones côtières, l’organisme Côtes en santé NB multiplie les efforts afin de favoriser l’engagement communautaire.

D’ici mars 2023, divers événements seront menés par Côtes en santé NB dans les communautés se trouvant le long des rives du golfe du Saint-Laurent.

Question d’accroître sa visibilité et de faire part de ses activités bénéfiques pour les habitats côtiers, l’organisme tiendra sous peu des séances d’engagement communautaire dans la région Chaleur.

La première rencontre aura lieu le 4 décembre, par l’entremise du service de vidéoconférence Zoom. Une seconde rencontre (en anglais) est également prévue le 11 décembre.

Les résultats d’une consultation en ligne portant sur les enjeux et les préoccupations des gens qui résident dans les zones côtières seront dévoilés pour l’occasion.

Divers organismes partenaires tels que Nature NB et le Groupe des Bassins Versants de la baie des Chaleurs devraient prendre part aux rencontres auxquelles les municipalités ont également été conviées.

«Le but de Côtes en santé NB est d’accroître de 25% à 30% les efforts consacrés à la préservation environnementale le long des côtes et de voir avec les gens le genre d’initiatives pouvant être mises de l’avant», a indiqué Danis Comeau, qui est promoteur de l’organisme.

M. Comeau souhaite la tenue de rencontres publiques et de sessions d’engagement sur une base mensuelle avec les communautés desservies par l’organisme et qui s’étendent du Restigouche jusqu’à la Péninsule acadienne.

Les rencontres s’inscrivent également dans un cadre d’éducation de la population à la préservation des habitats tels que les plages, dunes, marais salants, estuaires et les forêts côtières.

«On a certainement besoin de la contribution des gens des communautés et de leurs précieuses informations», a souligné Danis Comeau.

«Il faut sensibiliser les gens qui ne saisissent pas toujours l’importance de la nature qui nous entoure», a pour sa part affirmé Renelle Leblanc, qui est également active au sein de Côtes en santé NB.

Dans sa mission de mener des activités bénéfiques pour les habitats côtiers, l’organisme entend entre autres contribuer à la préservation des espèces en péril.

Dans la région Chaleur, l’hirondelle de rivage et le Satyre fauve des Maritimes ont été identifiés par Côtes en santé NB comme des espèces menacées.

«Il y a des colonies en péril dans le secteur de pointe Daly et à Beresford et qui sont surveillées de près», a indiqué Danis Comeau.

La population du petit oiseau chanteur a chuté de 98% au cours des 40 dernières années selon des données du gouvernement fédéral.

Dans la Péninsule acadienne, c’est le Pluvier siffleur qui est l’espèce faisant l’objet d’une attention particulière.

«L’érosion des berges est aussi un phénomène évident auquel il faut s’attarder», a ajouté le représentant de Côtes en santé NB.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle