Des précipitations près des normales de saison, des températures généralement plus douces et un printemps hâtif… Voilà en résumé ce qui attend les provinces des Maritimes au cours des prochains mois.

Il y a aura de la neige cet hiver au Nouveau-Brunswick, mais pas en quantité astronomique. On pourrait même patauger davantage dans la boue.

C’est ce qui ressort du plus récent bulletin publié par MétéoMédia

Selon Bertin Ossonon, météorologue pour le compte de cette organisation, les prochains mois seront intéressants à surveiller au pays tellement les prévisions diffèrent d’une province à l’autre. Reste que ceux qui pratiquent des activités extérieures devraient y trouver leur compte.

«En termes de précipitation, l’hiver qui s’en vient sera riche en tempêtes de façon générale un peu partout au Canada. Dans les Maritimes, on parle de quantité de précipitations moindre qu’à l’habitude, mais tout de même acceptable», explique-t-il.

Là où ça se gâte, c’est qu’on prévoit que les températures devraient être plus chaudes qu’à l’habitude. Ces quelques degrés supplémentaires pourraient ainsi faire toute la différence entre une tempête de neige et une averse de pluie ou de verglas.

«On entrevoit en effet un mercure plus doux avec moins d’épisodes de grands froids et davantage de températures près du point de congélation. C’est ce qui fait que selon les endroits au Nouveau-Brunswick, ça pourrait facilement basculer de la neige à la pluie», ajoute-t-il.

Selon M. Ossonon, le mois le plus propice à recevoir de bonnes bordées de neige est celui de décembre alors que les températures devraient demeurer dans les normales de saison. Des épisodes de redoux pourraient par ailleurs survenir plus fréquemment dans les mois suivants.

Dans les faits, selon le météorologue, l’hiver à venir devrait ressembler passablement à celui de 2020-21, notamment en raison du phénomène de La Niña qui se fera ressentir au Nouveau-Brunswick pour une deuxième année consécutive. Ce faisant, tout comme l’an dernier, l’hiver pourrait être légèrement plus court et le printemps hâtif.

«Il faut remonter aux années 2010 à 2012 pour voir le phénomène de La Niña se produire de façon consécutive pendant deux hivers. À ce moment, le printemps avait été hâtif, il est donc très plausible que ça se répète, que l’hiver soit écourté. On pourrait donc, dès le mois de mars, voir des températures printanières surgir et se maintenir», indique M. Ossonon.

Chose certaine, l’hiver ne sera pas similaire partout au pays. MétéoMédia estime qu’il faut s’attendre à des températures plus froides et des précipitations de neige plus abondantes dans l’Ouest canadien. Les températures seront plus douces en Ontario et au Québec, mais avec des précipitations plus abondantes dans leur centre.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle