Avec le retour des températures froides et la neige qui s’accumule tranquillement, les amateurs de ski alpin ont de quoi se réjouir. La saison n’est plus qu’à quelques centimètres de commencer.

Les canons à neige ont fonctionné à plein régime cette semaine sur les pentes du centre de ski Sugarloaf dans le Restigouche. Et ils n’étaient pas les seuls. Tous les centres de ski de la province ont démarré leur production sensiblement au même moment.

Au Sugarloaf, on prévoit ouvrir les pentes au public le samedi 18 décembre. Ça, c’est si tout va bien et si la météo collabore. Car jusqu’à présent, les précipitations de neige se laissent désirer.

«On est loin des conditions d’il y a deux ans où nous avons ouvert en novembre. Là, le début décembre ressemble davantage à celui de l’année dernière», exprime le directeur général du parc, Greg Dion.

Selon ce dernier, il faudrait une bonne couche de neige naturelle supplémentaire – donc une bonne tempête – pour que les pistes soient skiables. Jusqu’à présent, le secteur n’a reçu que quelques centimètres de neige, et même un peu de pluie cette semaine.

«On travaille fort avec nos canons afin de doter les pentes d’une bonne base et de pouvoir ouvrir nos pentes avant le début du congé des Fêtes», ajoute M. Dion.

Du côté du Centre plein air Mont Farlagne à Edmundston, les préparatifs sont en place pour entreprendre la saison le 17 décembre.

«Nous sommes très excités à l’approche de la nouvelle saison. Nous avons connu une bonne période de vente de billets et on s’affaire à ce que tout soit prêt le plus rapidement possible», mentionne la directrice générale, Bernice Later.

Frontières

L’an dernier, les restrictions aux frontières du Nouveau-Brunswick ont eu un effet positif au centre de ski Sugarloaf. Même privé de sa clientèle québécoise régulière d’Avignon-Ouest, le centre a connu une excellente année en termes d’achalandage. Les gens du Nouveau-Brunswick étant limités à la province, ils se sont rabattus sur ce qu’il y avait dans leur cour.

Cette clientèle perdue sera de retour cette année. Pour M. Dion, il s’agit toutefois d’une lame à double tranchant.

«Quand ces skieurs ne pouvaient entrer dans la province, nous, nous ne pouvions en sortir. Les gens ne pouvaient pas aller skier à Val-d’Irène (Amqui), à Pin Rouge (New Richmond), au Mont-Comi (Rimouski) ou ailleurs au Québec. On espère donc que tout ce que l’on a gagné l’an dernier – tous ces gens du Nouveau-Brunswick qui nous ont découverts ou redécouverts –, sera de cette année», indique-t-il.

Avec l’ouverture des frontières avec le reste du Canada et des États-Unis, la directrice générale du Centre plein air Mont Farlagne espère également accueillir davantage de visiteurs.

«Nous sommes enthousiastes de pouvoir accueillir nos clients américains et canadiens de nouveau chez nous. Je crois que les gens veulent trouver quelque chose à faire et les activités extérieures nous semblent toujours un peu plus sécuritaires. On s’attend à voir un bon nombre de gens en profiter cette année», souligne-t-elle.

Situé également près de la frontière avec le Québec, le mont Farlagne se trouve dans une situation similaire au Sugarloaf. Cette situation n’inquiète toutefois pas Bernice Later.

«Les skieurs aiment bien voyager alors ils vont vouloir visiter d’autres endroits. Nous encourageons cela. Je ne crois pas que cela aura un gros impact, car nous sommes tous dans le même bateau, surtout en ce qui concerne les politiques de vaccination. Nous verrons certainement beaucoup de gens circuler d’une montagne à l’autre», croit-elle.

Vaccination

En ce qui concerne les mesures qui seront préconisées en raison de la COVID-19, Mme Later explique que le centre de ski a travaillé en étroite collaboration avec les autres stations du Nouveau-Brunswick (Crabbe et Poley Mountain) pour en arriver à des directives uniformes.

Le mont Farlagne exigera donc que toutes les personnes de 12 ans et plus soient complètement vaccinées pour pouvoir utiliser les installations, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

«Malheureusement, si vous n’êtes pas vaccinés, vous ne pourrez pas faire de ski chez nous cette année», prévient Mme Later.

«Si nous pouvons confirmer que tous nos clients sont vaccinés à l’achat des billets, alors nous pouvons utiliser les remonte-pentes à une plus grande capacité. Nous pourrons avoir plus de gens à l’extérieur pour profiter de la neige et, à l’intérieur, nous continuerons simplement de suivre les consignes actuelles», ajoute-t-elle

Les règles diffèrent toutefois au centre de ski Sugarloaf. Là, la preuve vaccinale ne sera exigée qu’à l’intérieur du chalet et au restaurant. Les personnes non vaccinées pourront entrer acheter leurs billets et utiliser les commodités sanitaires, mais ne pourront y demeurer pour manger ou se réchauffer entre leurs descentes.

«Au-delà du ski, le parc propose aussi des activités gratuites comme la marche en sentier et la raquette. On a également différents points d’entrée pour le parc, alors ce serait vraiment difficile de gérer les va-et-vient ou d’interdire des activités», indique le gérant, Greg Dion, qui préfère s’en remettre au discernement des gens.

«Je ne crois pas que beaucoup de personnes ont attrapé la COVID-19 en descendant une pente de ski ou en se baladant en forêt. Nous allons surveiller le chalet et le restaurant pour la vaccination puisque c’est à l’intérieur, mais pour le reste, les gens pourront continuer de venir au parc pour leurs activités», dit-il, prônant néanmoins la prudence et le respect de la distanciation sociale.

Ce dernier précise également que cette décision est celle prévue en ce moment, mais qu’elle pourrait être appelée à changer au cours des semaines à venir selon les directives qui seront dictées par la province.

  • Avec la participation de Bobby Therrien

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle