Au cours de la dernière année, la Communauté rurale de Saint-André est devenue un terrain fertile dans le minage de cryptomonnaie. Et cette tendance tend à se poursuivre si l’on se fie au rythme auquel une mine de bitcoin se développe depuis les derniers mois.

À la fin novembre, lors d’une présentation aux investisseurs de l’entreprise HIVE Blockchain – qui se spécialise dans ce type d’activités à divers endroits de la planète, dont le Canada – il a été mentionné que l’objectif est d’avoir quatre bâtiments destinés au minage de cette cryptomonnaie au cours des prochains mois à Saint-André.

Ces quatre bâtisses, lorsque leur construction sera terminée, consommeraient de 70 à 80 mégawatts d’énergie, soit l’équivalent de 7000 résidences.

Un troisième bâtiment est d’ailleurs en voie d’être terminé et la construction d’un quatrième a été entrepris à Saint-André.

Cinq bitcoins par jour

Selon Luc-Louis Ouellette, directeur régional des activités de HIVE au Nouveau-Brunswick, la mine, lorsqu’elle sera complétée, produira environ cinq bitcoins par jour. Jeudi, la valeur du bitcoin était d’un peu plus de 54 600$ canadiens.

D’après la valeur actuelle du marché, ce dernier estime que la mine rapportera un nombre significatif de revenus.

«On parle d’approximativement 1% du marché mondial du bitcoin et plus de 18 000 mineurs (ordinateurs) une fois le projet terminé», a expliqué M. Ouellette.

« À Saint-André, nous sommes les mains et les pieds du procédé d’installation physique des équipements nécessaires pour le réseau de cryptomonnaie bitcoin», a-t-il ajouté.

En tant que directeur régional, Luc-Louis Ouellette s’assure du bon fonctionnement des équipements et de la fluidité du processus d’installation dans le centre de données.

Celui qui a près de 20 ans d’expérience dans le monde de l’informatique croit que ses connaissances lui permettront d’ éduquer les gens et répondre à leurs questions.

«Mettre Saint-André sur la map»

Le maire de Saint-André, Marcel Levesque, dit comprendre un peu mieux l’ampleur de ce projet. Il est conscient que le taux de taxes relativement bas, le climat plus frais du nord-ouest du Nouveau-Brunswick et sa proximité avec les lignes de haute tension d’Énergie NB en font un endroit de choix.

«Le bitcoin, on en parle partout au Canada et dans le monde. Ça vient de mettre Saint-André “sur la map”.»

Il estime toutefois qu’il est difficile, pour l’instant, d’expliquer l’amplitude exacte de l’impact que celui-ci aura sur la communauté qui compte environ 2000 habitants.

«Ce n’est pas encore fini, mais c’est certain qu’on parle de permis de 30 à 40 millions $ la “shot”. Quand tu prends un terrain vide et que tu mets quelque chose dessus, c’est sûr que ce sera bon pour les taxes (…) Mais les permis ne disent pas tout, parce qu’au bout du compte, c’est la construction qui va compter pour les taxes et pas ce qu’il y a dedans. On aura une meilleure idée plus tard dans l’année.»

Cependant, le premier bâtiment à avoir été construit, qui est le seul à figurer sur les évaluations foncières du Nouveau-Brunswick présentement, a été évalué à 3,6 millions $, a indiqué M. Levesque.

Le maire de Saint-André croit aussi que ce type d’installation mènera à d’autres projets de développement dans les environs.

«Ça va faire déboucher bien des choses, cette affaire-là. C’est bon, car il ne faut pas avoir peur de se développer un peu.»

Plus d’emplois que prévu

HIVE Blockchain a décidé de faire l’acquisition, en avril dernier, des installations qui étaient la propriété de l’entreprise GPU One Holding. La transaction s’est élevée à environ 25 millions $.

À ce moment, le maire Levesque était plutôt conservateur dans ses estimations. Il croyait que cette exploitation n’allait générer que cinq ou six emplois permanents. Il a toutefois été surpris d’apprendre que ce nombre avait été révisé à la hausse.

En effet, le nombre d’emplois directs pendant la phase de construction est de 80, sans compter les emplois indirects. Lors de l’étape de l’entretien et du fonctionnement des installations à long terme, une vingtaine d’emplois sont prévus.

«C’était censé être plus petit, mais là, on parle d’à peu près 20 emplois. Ce sont des emplois de qualité en technologie. C’est bon pour nous autres aussi», a indiqué Marcel Levesque.

Avec l’énergie que cette mine va dévorer, le maire de Saint-André croit que cela aura des impacts pour l’ensemble du Nouveau-Brunswick également.

Le maire Levesque s’est aussi dit satisfait de la relation que la communauté entretient avec HIVE Blockchain. Il admet avoir affiché certaines réticences, notamment en raison de mauvaises expériences vécues avant la vente du centre de données.

«Avant, ça appartenait à GPU One qui avait embauché un entrepreneur de l’Ontario. À un moment donné, beaucoup de personnes de la région n’avaient pas été payées. La compagnie de construction est partie entretemps. Quand ç’a été vendu à HIVE et qu’ils nous ont approchés pour des permis, j’ai joué un peu au shérif en leur disant, s’ils voulaient des permis, qu’ils paient notre monde. Finalement, ça s’est réglé en cour.»

«Personnellement, je n’ai rien à dire contre HIVE. On a de bonnes relations avec les gens de l’entreprise et c’est le “fun” de travailler avec une entreprise qui veut investir dans la communauté.»

Même si plusieurs milliers d’ordinateurs bourdonnent dans leur ruche virtuelle, Marcel Deschênes estime qu’il ne s’agit pas d’une nuisance pour les gens des environs.

«Tu les entends un peu plus l’été quand il fait chaud, mais ces temps-ci, tu ne les entends pas beaucoup.»

Bitcoins et chaîne de blocs

Indépendantes du système bancaire traditionnel, les transactions de cette monnaie numérique sont inscrites dans ce que l’on appelle une chaîne de blocs (blockchain). La chaîne de blocs est une technologie qui permet de stocker et transmettre des informations de manière transparente, sécurisée et sans organe central de contrôle.

Ces transactions sont validées par des opérateurs que l’on appelle des mineurs. Pour pouvoir avoir le droit de valider ces transactions et créer les blocs qui composent une chaîne de blocs, les mineurs doivent résoudre des calculs mathématiques à l’aide de puissants ordinateurs énergivores. Chaque résolution de problème équivaut à un paiement en bitcoin.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle