Pendant la majeure partie de la pandémie de COVID-19, le Canada atlantique a reçu des éloges à l’échelle internationale pour avoir réussi à maintenir les taux d’infection à un faible niveau, mais l’arrivée d’Omicron a bouleversé sa stratégie Zéro COVID tant vantée.

Le variant hautement contagieux – désormais décrit comme le virus à la propagation la plus rapide de l’histoire de l’humanité – a éclipsé l’approche d’éradication rapide des quatre provinces, qui impliquait d’imposer rapidement les mesures de confinement les plus strictes du pays au premier signe d’une éclosion.

Cela peut sembler risible maintenant, mais en avril de l’année dernière, la Nouvelle-Écosse a fait appel à l’armée et a déclaré un confinement de deux semaines au moment où la province enregistrait 96 nouvelles infections – à l’époque, un record d’une journée.

Dimanche dernier, avec Omicron en progression, la Nouvelle-Écosse a signalé un autre record: 1184 cas en une journée.

« Aux premières phases de la pandémie, la transmissibilité (de la COVID-19) était bien moindre », a déclaré Susan Kirkland, cheffe du département de santé communautaire et d’épidémiologie de l’Université Dalhousie à Halifax.

« Il était possible de maintenir cette stratégie de Zéro COVID. Nous avons fait de notre mieux pour identifier chaque cas avec une recherche approfondie des contacts? Mais nous sommes maintenant à une phase complètement différente de la pandémie », a-t-elle souligné.

Mercredi, les responsables de la santé du Nouveau-Brunswick ont confirmé que la province cesserait d’inclure dans ses communiqués de presse le nombre de cas quotidiens confirmés par les tests PCR, car les derniers chiffres ne reflètent plus la gravité de la situation dans la province.

Plus tôt dans la journée, l’Île-du-Prince-Édouard avait signalé 222 nouveaux cas, un record quotidien. Avant l’arrivée d’Omicron au Canada fin novembre, l’île n’avait enregistré au total que 373 cas positifs depuis le début de la pandémie.

Confinements stricts

À Terre-Neuve-et-Labrador, où le nombre de cas a également augmenté, le système de santé est soumis à une pression considérable, car environ 1000 travailleurs de la santé sont isolés ou infectés par le virus causant la COVID-19. La médecin-hygiéniste en chef de la province, la Dre Janice Fitzgerald, a reconnu lundi que « la plupart des gens » contracteront le virus et que les dernières mesures visent à ralentir la propagation.

« La transmissibilité d’Omicron est si grande qu’une stratégie Zéro COVID n’est tout simplement pas réalisable », a déclaré Mme Kirkland, qui est également membre du groupe de travail du gouvernement fédéral sur l’immunité face à la COVID-19. « Ce n’est pas utile à ce stade. Ce n’est pas la bonne stratégie. »

Des confinements stricts, qui ont mis à rude épreuve l’économie de l’Atlantique, n’ont tout simplement aucun sens à un moment où les hospitalisations liées au virus dans la région restent faibles, grâce à des taux de vaccination élevés qui pourraient avoir diminué l’impact d’Omicron sur la santé publique, a-t-elle déclaré.

La bulle atlantique

Mais ce serait une erreur de supposer que l’approche Zéro COVID a été sapée uniquement par la propagation rapide comme l’éclair d’Omicron, affirme Colin Furness, épidémiologiste du contrôle des infections à l’Université de Toronto.

Il est important de se rappeler que l’un des piliers clés de la stratégie – la bulle atlantique – a été largement abandonné dans toute la région en novembre 2020, a déclaré M. Furness dans une entrevue. La nouvelle politique a permis aux résidants de la région de voyager entre les quatre provinces, mais elle a imposé une quarantaine obligatoire de 14 jours pour les visiteurs de l’extérieur de la région, une décision qui a permis de contrôler les infections liées aux voyages.

Chacune des provinces de l’Atlantique a maintenu ses propres restrictions de voyage après l’éclatement de la bulle, mais la plupart de ces mesures ont été modifiées à mesure que la pandémie évoluait et que les taux de vaccination augmentaient.

M. Furness a affirmé que les restrictions de voyage restaient un moyen efficace de contrôler la propagation des virus contagieux.

Mais Mme Kirkland a déclaré que la bulle atlantique n’était pas durable.

« Nous avons eu la bulle atlantique, et elle a été très efficace lors de la première vague de la pandémie, mais cela fait partie de l’apprentissage de la vie avec la pandémie, a-t-elle soutenu. On ne peut pas s’isoler du monde pour toujours… Pour nous dans la région de l’Atlantique, ça a été difficile de nous adapter parce que nous avions été si vigilants. »

Ce sentiment de vigilance a toutefois diminué en juillet 2021 lorsque le message public cohérent de la région sur la COVID-19 a été essentiellement sabordé par le Nouveau-Brunswick. Le premier ministre Blaine Higgs a décidé que sa province serait la première de la région à lever toutes les ordonnances de protection de la santé, y compris les exigences relatives au port de masques.

« Le Nouveau-Brunswick s’est détaché du peloton », a déclaré M. Furness, ajoutant que les taux de vaccination dans la province ont également ralenti à un rythme effréné. « Cela a vraiment fracturé la région. »

Un relâchement trop important

Fin septembre, la flambée des infections au variant Delta et des hospitalisations qui en ont résulté a incité M. Higgs à imposer des mesures coupe-circuit qui ont été prolongées en octobre. Un haut responsable provincial de la santé a admis plus tard que la décision de lever toutes les restrictions avait été une erreur.

« Maintenant (la région de l’Atlantique) a une vraie bataille difficile, a déclaré M. Furness. Vous avez dilapidé tout le capital social que vous aviez. »

Au cours des 14 derniers jours, le taux d’infection par habitant du Canada atlantique a été inférieur à la moyenne nationale, mais il était plus élevé que celui de toutes les autres provinces et territoires, à l’exception du Québec, de l’Ontario et du Manitoba, selon les statistiques fédérales.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle