La nouvelle ministre de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, Ginette Petitpas Taylor, affirme que davantage d’investissements seront réalisés dans l’automatisation et la numérisation des entreprises au cours des mois à venir.

Sans préciser les secteurs de l’industrie qui seront visés par ces investissements, elle indique que des annonces de financement auront lieu au Nouveau-Brunswick la semaine prochaine.

L’automatisation et la numérisation des industries permettent notamment de s’attaquer à la pénurie de la main-d’œuvre, selon la ministre.

«On peut s’assurer d’avoir une main-d’œuvre plus technique, donc je pense qu’on va continuer à avoir des annonces dans les semaines et les mois à venir dans ce domaine-là.»

La députée de Moncton-Riverview-Dieppe estime que le manque de travailleurs est l’un des plus gros problèmes relevés par les entrepreneurs de sa région alors que l’industrie tente de surmonter une énième vague de la pandémie.

«La beauté de l’APECA c’est qu’on a à peu près 30 bureaux locaux, et ils peuvent nous dire quels sont les besoins sur le terrain. Quand ils nous disent qu’il y a un besoin, on peut réadapter nos projets, nos programmes.»

D’autres enjeux qui affectent différentes industries du N.-B, comme l’immigration et le logement abordable, sont du ressort d’autres ministères fédéraux.

La ministre affirme que l’APECA a tout de même la capacité d’intervenir indirectement dans ces domaines.

«Quand on pense à une communauté rurale, ils n’ont personne pour travailler sur un plan pour aborder la question de logement abordable. L’APECA a déjà fait des investissements pour aider des gens à embaucher un gérant de projet pour regarder à la question de développer un plan pour s’attaquer à cette problématique», dit-elle.

L’APECA a versé 140 millions $ en 2021 pour tenter d’aider l’Atlantique à se remettre des ravages économiques de la pandémie.

En tenant compte du financement régulier annuel, l’agence a donc versé environ 314 millions $ dans ces quatre provinces.

Au N.-B, cela représente environ 74 millions $ investis dans 281 projets. L’APECA estime que cela a permis de protéger 1227 emplois et d’en créer 294.

L’industrie du tourisme a vécu des moments particulièrement difficiles, selon la ministre.

«Toute la question touristique a été vraiment affectée par la pandémie. Nous avons mis en place un fonds canadien pour le tourisme. Ce fonds existe encore et il est bon jusqu’à l’année prochaine, donc il y a encore plusieurs entreprises qui appliquent pour des fonds pour se dépanner et pour avoir une croissance dans ce domaine-là.»

Tout au long de l’année 2021, l’APECA a appuyé près de 365 organismes et entreprises

touristiques en Atlantique, ce qui, aux dire de la ministre, a permis de protéger plus de 3000 emplois et de créer 169 nouveaux postes dans les quatre provinces.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle