Un lien spécial unit deux familles acadiennes qui habitent aux Territoires du Nord-Ouest. Tout cela, en partie, grâce à un cadeau hors du commun.

Nathalie Nadeau, de Saint-François-de-Madawaska, et sa conjointe Rachelle, de Saint-Antoine, savaient bien que l’une de leurs seules chances de fonder une famille était de choisir un donneur de sperme.

Après avoir fait le tour de quelques banques de sperme et évalué d’autres options, le couple s’est tourné vers Isabelle Caron-Hébert, originaire de Saint-Joseph-de-Madawaska et Philippe Hébert originaire de la région de Moncton.

«Moi et Isabelle on se connait depuis 20 ans. On s’est cotoyé à l’école et au Nunavut par la suite. Éventuellement, on s’est tous retrouvés à Yellowknife. Dans ces années-là, on songeait à fonder une famille. Isabelle et Phil nous ont donc proposé de donner du sperme pour nous aider à avoir un enfant», a raconté Nathalie Nadeau.

Selon Isabelle Caron-Hébert, le lien d’amitié que possèdent les deux couples et leurs diverses affinités ont été des raisons qui l’ont motivé, elle et son mari, à leur faire ce cadeau.

«C’est une décision que l’on a prise ensemble Philippe et moi. On savait qu’elles allaient être de bonnes mamans (…) On était tous sur la même longueur d’onde», a ajouté Mme Caron-Hébert.

Rachel et Nathalie Nadeau avec leur fille Novalie – Acadie Nouvelle: Gracieuseté

Le destin a toutefois décidé d’apporter cette relation à un autre niveau. Au même moment, Philippe Hébert et sa conjointe ont appris qu’elle était enceinte.

Les deux familles ont donc donné naissance à de petites filles – Novalie du côté de Nathalie et Rachelle Nadeau et Jade du côté d’Isabelle Caron-Hébert et Philippe Hébert – à environ trois semaines d’écart.

«Ce n’était pas prévu, mais ç’a été une merveilleuse surprise», a confié Isabelle Caron-Hébert.

«On croit que chaque chose arrive pour une raison, alors cela nous a donné l’opportunité d’avoir des enfants ensemble, de passer notre grossesse ensemble. Ç’a créé de beaux liens», estime Nathalie Nadeau.

Comme elles sont demi-sœurs et amies, les petites Novalie et Jade, maintenant âgées de six ans, se côtoient évidemment depuis la naissance. Autant Mme Caron-Hébert que Nadeau s’entendent pour dire qu’elles ont développé un lien extraordinaire.

«Tu les voies ensemble et elles ne se ressemblent pas beaucoup, mais elles ont une connexion qui est encore mieux que des sœurs. Elles s’aiment beaucoup et c’est beau à voir. Nous, on le voit, mais les gens alentour le voient aussi», a mentionné Nathalie Nadeau.

Isabelle Caron-Hébert, Philippe Hébert et leur fille Jade – Acadie Nouvelle: Gracieuseté

L’un des éléments importants pour les deux couples était de faire preuve d’honnêteté par rapport à l’origine de la naissance de Novalie et du lien biologique qui l’unit avec Jade.

«On ne voulait pas qu’il y ait de la stigmatisation ou de la honte associée avec son histoire de naissance. Ses origines ont toujours été célébrées et on en discute ouvertement devant nos filles, nos amis proches et nos familles», a indiqué Isabelle Caron-Hébert.

«On a commencé à en parler lorsqu’elles étaient toutes petites. On leur en parlait même lorsqu’elles avaient un an. Au cours des deux dernières années, elles avaient une meilleure capacité de compréhension alors ç’a un petit peu plus cliqué. Là, tu vois qu’elles comprennent et défendent leur position. Elles sont avant-gardistes dans ce sens-là», a poursuivi Nathalie Nadeau.

Par conséquent, les filles parlent souvent de leur lien biologique à l’école ou dans leur entourage.

«Elles comprennent qu’elles viennent de familles différentes, mais elles comprennent aussi que Novalie est venue au monde parce que ses parents avaient besoin d’un donneur pour concevoir un enfant. Pour elles, mon mari, le papa de Jade, a offert un cadeau à Nathalie et Rachelle pour que Novalie puisse grandir dans le ventre de l’une de ses mamans», a partagé Isabelle Caron-Hébert.

De son côté, Mme Nadeau s’est dite heureuse de l’appui que les deux couples ont eu de leur entourage lorsqu’ils leur ont annoncé la nouvelle.

«Tout le monde a accepté nos choix. S’il y en avait qui n’étaient pas d’accord, ils ne l’ont jamais dit.»

Selon la mère de famille, les gens sont réceptifs en général, mais certains camarades de classe posent des questions qui sont souvent plus difficiles à répondre.

«Les enfants ne comprennent pas tout le temps donc ils pensent qu’elles mentent lorsqu’elles disent qu’elles sont des demi-soeurs. Ça reste des enfants. C’est important de sensibiliser les gens à ça, car tu n’as pas besoin de vivre dans la même maison pour avoir des liens de parenté. Isabelle a publié un livre sur le sujet et on essaie d’en parler aux enseignants. On s’aide aussi entre familles.»

Pour Mmes Caron-Hébert et Nadeau, les liens d’affections qui existent entre les deux couples et leurs enfants représentent un cadeau inespéré.

«On a fait ce don, mais jamais on aurait pu s’imaginer que l’on allait recevoir tant en retour. On a reçu un cadeau aussi. La connexion que l’on a développée avec Novalie et la connexion que ma fille Jade a avec ses tantes Nathalie et Rachel c’est spécial.»

«On voulait partager cette histoire, car il y a de bons côtés à avoir un donneur que l’on connaît. Ça donne l’opportunité à Novalie d’avoir le plus d’amour possible et de bons liens. Ça prend une bonne communication, mais en général, c’est beaucoup de positif et beaucoup d’amour.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle