Privés d’eau potable depuis près d’un an, les habitants du quartier Saint-Hilaire, dans la Communauté rurale de Haut-Madawaska, pourraient devoir attendre un peu plus longtemps avant d’avoir leurs puits d’eau potable.

Dans une lettre envoyée récemment par un représentant d’Infrastructure Canada au conseil municipal, il est indiqué qu’un processus de consultation devra être mené par Services publics et Approvisionnement Canada auprès de six communautés autochtones du Nouveau-Brunswick soit la Première Nation malécite du Madawaska, la Première Nation Tobique, la Première Nation Kingsclear, la Première Nation St. Mary’s, la Première Nation Oromocto) et la Première Nation Woodstock.

Il est indiqué dans cette lettre que les travaux ne pourront être entrepris avant qu’Infrastructure Canada confirme à la Communauté rurale de Haut-Madawaska que ces consultations ont été faites.

Le processus d’examen permet essentiellement de confirmer ou d’infirmer l’existence d’éléments comme: la possibilité que le projet ait des effets négatifs sur les droits ancestraux et/ou issus de traités; ou l’existence, établie ou revendiquée, de droits ancestraux et/ou issus de traités dans la zone du projet.

Il est aussi écrit dans la lettre que la pandémie pourrait affecter la capacité de certaines Premières Nations à répondre à des requêtes de consultation. Cela pourrait donc engendrer des délais supplémentaires.

Selon le maire de la Communauté de Haut-Madawaska, Jean-Pierre Ouellet, cette nouvelle étape, qui n’était pas nécessairement prévue lorsque le projet a mis de l’avant le printemps dernier, pourrait repousser la mise en service du nouveau système de distribution d’eau potable dans la localité.

En septembre, lors de la présentation du projet au cours d’une réunion publique du conseil municipal, il a été mentionné que, si tout se passait comme prévu, les travaux devaient être terminés en juillet.

Cependant, la nouvelle étape à franchir ferait en sorte que la conclusion de ce dernier pourrait fort bien ne survenir qu’au début de l’automne, a mentionné le maire Ouellet.

«C’est certain que ça vient mettre en péril la date à laquelle on s’attendait de terminer ces travaux-là. On ne peut pas dépenser de sous tant que le processus de consultation n’a pas été fait.»

Selon M. Ouellet, la Municipalité ne peut pas réserver les services de la firme Akifer qui a été choisie pour réaliser ce projet.

«Si la consultation se fait dans une semaine ou deux, on pourrait toujours respecter nos échéanciers, mais si ça prend un mois ou plus, c’est certain que la firme que l’on a retenue pour le projet va se trouver des contrats entretemps. Donc, quand nous serons prêts, ça ne veut pas dire que les gens d’Akifer pourront venir immédiatement.»

Le coût total du projet est estimé à 1,2 M$ (40% par le fédéral, 33% par Fredericton et 27% par la communauté rurale).

Les résidents de Saint-Hilaire sont privés d’eau potable depuis le 1er février 2021.

Depuis octobre, la Communauté rurale distribue des contenants d’eau potable aux résidences affectées. Cette initiative a engendré des coûts d’environ 30 000$ à la Municipalité. Elle prévoit d’ailleurs des coûts additionnels si la distribution de ces bouteilles d’eau devait se poursuivre au-delà de juillet.

 

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle