Le pape François a présenté ses excuses pour le rôle de l’Église catholique romaine dans les pensionnats.

Le pontife, s’exprimant en italien, a demandé pardon à Dieu pour la conduite déplorable des membres de l’Église catholique.

« Je veux vous dire de tout mon c?ur: je suis vraiment désolé », a déclaré le pape François lors d’une dernière rencontre avec des délégués des Premières Nations, des Inuits et des Métis au Vatican.

« Et je me joins à mes frères, les évêques canadiens, pour demander votre pardon. » Le pape a également dit qu’il viendrait au Canada.

Le premier ministre Justin Trudeau a qualifié les excuses formulées d' »étape importante » et ajouté qu’il était impatient que celles-ci puissent être faites en personne.

En marge d’une annonce virtuelle en matière d’infrastructures pour la population du Nunavut, M. Trudeau a souligné que de telles excuses ne seraient jamais survenues sans la mobilisation de survivants qui ont raconté et revécu leurs douloureux souvenirs.

« Notre gouvernement va continuer de soutenir les communautés autochtones à travers le pays avec les ressources nécessaires pour poursuivre les recherches de tombes anonymes, dévoiler la vérité et continuer à guérir », a-t-il promis.

Chacun des groupes ayant rencontré le pape lui ont dit, plus tôt cette semaine, qu’ils espéraient qu’il s’excuserait pour le rôle de l’Église catholique romaine dans les pensionnats au Canada. Aucune date n’a été fixée pour le voyage, mais les délégués ont déclaré que cela pourrait avoir lieu dès cet été.

On estime que 150 000 enfants autochtones ont été forcés de fréquenter des pensionnats et que plus de 60 % des écoles étaient dirigées par l’Église catholique.

Environ 190 personnes, dont des délégués, des familles et des sympathisants, se sont réunies pour partager des pratiques spirituelles et entendre les paroles du pape lors du discours final.

Fred Kelly a prié pour les enfants qui sont allés dans les pensionnats et pour la guérison dans l’avenir. Marty Angotaluk et Lizzie Angotaluk ont chanté en inuktitut et le Métis Emile Janvier a prié en déné.

Certains membres avaient exprimé leur appréhension et leur anxiété avant la dernière rencontre avec le pape parce qu’ils n’étaient pas sûrs d’obtenir les excuses pour lesquelles ils avaient travaillé si fort.

Phil Fontaine, ancien chef national de l’Assemblée des Premières Nations, a déclaré que le moment était venu de présenter des excuses.

M. Fontaine a dit plus tôt cette semaine que la pression sur l’Église est immense après la découverte de sépultures anonymes sur d’anciens sites de pensionnats à travers le Canada.

« Les yeux du monde étaient sur nous ici », a-t-il déclaré jeudi après la rencontre des délégués des Premières Nations avec le pape.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle