Les diplômés des cohortes de 2020, 2021 et 2022 de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE), ont enfin pu célébrer l’obtention de leur précieux parchemin.

Il s’agissait d’un retour fort attendu de la grande tradition de la collation des grades qui était absente du paysage universitaire depuis deux années en raison de la pandémie de COVID-19.

Un total de 66 diplômes et certificats ont été remis lors d’une cérémonie présentée devant 400 personnes samedi après-midi à la salle Léo-Poulin de la Cité des jeunes A.-M.-Sormany d’Edmundston.

Le dernier événement du genre s’était tenu au même endroit en mai 2019.

«Les défis des deux dernières années nous ont fait cheminer vers la résilience. Finissantes et finissants, vous avez brillé dans un environnement imprévisible et parsemé d’aventures. C’est un bout de chemin qui vous aura permis de développer de la persévérance, de la flexibilité et une capacité d’adaptation hors du commun», a déclaré en début de cérémonie le Dr Denis Prud’homme, le recteur et vice-chancelier de l’Université de Moncton.

Avant la remise sur scène des diplômes aux étudiants de l’UMCE, un hommage a été rendu durant la cérémonie à Pauline Banville-Pérusse, récipiendaire d’un doctorat honoris causa en services communautaires.

La direction de l’UMCE a qualifié Mme Banville-Pérusse de «femme d’action, leader communautaire, gestionnaire et de bénévole d’exception».

Native de Grand-Sault, la lauréate du doctorat honorifique et diplômée de l’UMCE en 1993 a agi comme agente de développement de l’Association culturelle du Haut-Saint-Jean durant de nombreuses années. Elle a également œuvré en tant que directrice générale de la Fondation des œuvres de l’Hôtel-Dieu de Saint-Basile, puis comme directrice générale de l’Hôtel-Dieu.

Mme Banville-Pérusse a aussi siégé au Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton.

Prenant la parole, cette dernière a tout d’abord tenu à s’adresser aux diplômés et à leur rendre hommage.

«Vous avez tellement, mais tellement de raisons d’être fiers! Après autant d’années de travail, de persévérance, d’adaptation, de remise en question et de changement dans un monde en constante mutation, vous avez su en ressortir gagnantes et gagnants, et ce, malgré les contrecoups de cette crise planétaire sans pareille appelée COVID-19», a déclaré Mme Banville-Pérusse.

Porte-parole des étudiants diplômés, Thomas Chassé a reçu un prix d’excellence pour le maintien de la plus haute moyenne dans son programme d’études de baccalauréat ès arts multidisciplinaire.

Émile Boucher (aménagement des forêts), Michel Arsenault, d’Edmundston (technologie, information et leadership), Jacob Picard (sciences de la santé) et Dinah Dominique Levesque (science infirmière) ont reçu pareil honneur lors de la cérémonie.

La médaille d’or de l’Institut forestier du Canada a été remise par la même occasion à Émile Boucher.

En entrevue, Thomas Chassé a indiqué qu’il gardera de bons souvenirs de la 70e collation des grades.

«Le discours de Pauline Banville-Pérusse à l’endroit des diplômés était inspirant, elle nous a invités à s’engager dans la communauté pour faire une différence», a raconté celui qui poursuivra ses études universitaires à Moncton.

Après Shippagan et Edmundston, une dernière cérémonie de la collation des grades se tiendra au campus de Moncton les 27 et 28 mai prochain.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle