Campbellton, on le sait, demeurera Campbellton à la suite de son regroupement avec les municipalités d’Atholville et de Tide Head ainsi que quelques DSL avoisinants. Reste qu’un petit changement anodin fait toute une différence.

La Communauté régionale de Campbellton.

Voilà le nom adopté par le comité de transition de l’entité 7 pour représenter la nouvelle communauté du Restigouche-Centre, nom qui sera éventuellement inscrit sur les affiches désignant la municipalité.

Sur papier par contre, elle aura un nom un peu plus court, soit Campbellton uniquement.

«Il s’agit du nom légal de la prochaine municipalité», explique le facilitateur du comité de transition de cette entité, Yves Gagnon.

M. Gagnon remarque que plusieurs autres communautés dans la même situation – telles que Tracadie, Caraquet et Grand-Sault – n’ont pas inclus de superlatif devant leur nom légal.

«Quand on met quelque chose du genre Communauté régionale ou Municipalité régionale devant un nom, c’est davantage pour positionner stratégiquement les communautés. Mais pour les fins légales, comme les documents officiels et les arrêtés municipaux, c’est plus simple avec seulement ‘’Campbellton’’», explique M. Gagnon.

La nouvelle entité a aussi profité de cet exercice pour se débarrasser d’un irritant de longue date pour les francophones, y compris les conseillers municipaux.

C’est que le nom incorporé de Campbellton est unilingue: «City of Campbellton». Du coup, même si un arrêté municipal est lu en français, son proposeur doit le faire au nom de la City of Campbellton au lieu de son appellation francophone de Cité de Campbellton.

«On demeure dans la catégorie des cités, donc cette appellation sera utilisée dans les documents légaux. Cela dit, le mot cité ne fera dorénavant plus partie du nom incorporé», souligne M. Gagnon qui admet s’être assuré personnellement à ce que cette erreur linguistique soit corrigée.

«C’était bizarre, superflu, et aussi un peu insultant pour les conseillers francophones. Bref, ça n’avait absolument aucun bon sens, alors on a profité de l’occasion de ce regroupement pour nettoyer ça, pour biffer cette référence. On n’aura donc plus à utiliser cette référence anglophone dans les communications francophones», admet-il.

M. Gagnon parle d’ailleurs en connaissance de cause puisqu’il a déjà été directeur général de la ville.

City of Bathurst

Si Campbellton a vu dans la réforme l’occasion parfaite de corriger une maladresse linguistique, ce n’est pas le cas à Bathurst qui a décidé de conserver son nom tel quel, City of Bathurst.

La ville est incluse dans l’entité 12. On y remarque très peu de changements, sinon l’ajout de parcelles de DSL. Cela se traduira notamment par l’ajout de deux sièges au sein du conseil. Mais comme les autres entités, celle-ci avait l’option de revoir son appellation.

«Quand le sujet du nom a surgi, ç’a été une conversation de trente secondes. Tout le monde à la table s’entendait sur le fait que le choix logique était de conserver le nom actuel de Bathurst puisque les représentants de DSL se sentaient pratiquement déjà des citoyens de la ville. On n’est pas allé plus loin dans la réflexion», fait savoir la mairesse de Bathurst, Kim Chamberlain, avouant que la possibilité de franciser le nom est passée sous le radar.

«En toute honnêteté, on n’a pas pensé à enlever le City of devant le nom tellement ça ne fait pas partie du vocabulaire courant que l’on utilise», ajoute-t-elle.

À la Ville, on prend néanmoins soin de préciser que le français est omniprésent dans les communications publiques.

«Le bilinguisme, c’est quelque chose de très important à nos yeux. Ce n’était vraiment pas volontaire de notre part, car on tient pour acquis que tout ici est bilingue», assure le responsable des communications, Luc Foulem, confirmant toutefois qu’au niveau de l’adoption des résolutions, l’appellation d’origine incorporée en 1966 (City of Bathurst) est requise.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle