Plusieurs communautés de la province compteront bientôt de nouveaux médecins grâce aux nouveaux diplômés du Programme de formation en médecine de famille francophone du Nouveau-Brunswick.

Cette année, 19 résidents viennent de compléter le Programme de formation en médecine de famille francophone du Nouveau-Brunswick, offert à l’Unité de médecine familiale de Dieppe.

Parmi les nouveaux diplômés, 16 exerceront la médecine au Nouveau-Brunswick.

«La plupart veulent rester dans la région, se réjouit Dre Lise Babin, directrice du Programme de formation en médecine de famille francophone du Nouveau-Brunswick. On a de nos résidents qui vont s’installer à Moncton, à Edmundston, à Campbellton, à Bathurst et dans la Péninsule acadienne. Il y aura des médecins qui vont s’installer un peu partout dans la province, donc ça me fait vraiment plaisir de voir ça.»

 

 

Être proche du patient

Dre Jenny-Lee Albert, originaire de Saint-Simon, raconte que c’est la possibilité de tisser des liens avec les patients qui lui a donné envie de se lancer en médecine familiale. Bien qu’elle ait hésité tout au long de ses études à l’école secondaire en raison de sa peur du sang, c’est un stage coop qui l’aura finalement convaincu de faire le saut.

«Mon médecin de famille m’inspirait beaucoup. J’ai eu la chance de faire quelques journées d’observation avec lui et je trouvais tellement qu’il avait une belle relation avec ses patients. C’est là que j’ai su que c’est ce que je voulais absolument faire plus tard, se souvient-elle. J’adore aider les autres, c’est dans ma nature, et je savais que j’arriverais à combler ce besoin en allant en médecine de famille.»

Pour Dre Sophie Lequang, qui vient elle aussi de terminer sa résidence, c’est justement cette idée de proximité avec les patients qui l’a fait choisir la médecine plutôt que la pharmacie. Originaire de Dieppe, c’est la possibilité de terminer ses études au Centre de formation médicale de l’Université de Moncton, près de sa famille, qui a su la convaincre.

«Je suis fière d’être diplômée d’un programme francophone qui se donne dans la région, lance Dre Lequang, qui pratiquera bientôt à l’Unité de médecine familiale de Dieppe. Je crois que ce sera une composante importante pour le recrutement et la rétention de futurs médecins de famille dans toute la province.»

Certains collègues ont choisi de s’installer à Edmundston pour poursuivre leur carrière même s’ils ne sont pas originaires de cette région, une décision prise grâce à un stage effectué dans le cadre de leur formation, raconte la jeune femme de 25 ans.

Choisir de rester

Comme Dre Lequang, Dre Albert a elle aussi pris la décision de rester dans la province pour exercer sa profession. Elle dit d’ailleurs avoir fait le choix conscient de suivre toute sa formation médicale au Nouveau-Brunswick, sachant qu’elle retournerait un jour dans la Péninsule acadienne.

«Je trouvais ça important. On se fait former ici et on est donc habitué avec le fonctionnement du système de santé et les ressources disponibles dans nos communautés, dit celle qui travaillera bientôt dans les hôpitaux de Caraquet et de Tracadie. Je suis originaire de la Péninsule, j’ai vraiment un sentiment d’appartenance assez fort, donc c’est un peu ma façon de pouvoir redonner à la communauté et d’aller m’établir là-bas et de faire ma pratique dans la région.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle