Malgré de nombreuses embûches, la saison de pêche aura été bonne pour les crabiers du Nouveau-Brunswick qui ont réussi à capturer la quasi-totalité du quota de 2022.

Il y a un peu moins d’un mois, le ralentissement des débarquements de crabes des neiges laissait croire que les crabiers ne réussiraient pas à atteindre le total autorisé de captures dans le sud du golfe Saint-Laurent, fixé à plus de 32 000 tonnes pour 2022.

À moins d’une semaine de la fermeture de la pêche, il s’avère toutefois que plusieurs pêcheurs ont déjà atteint la limite de prises qui leur a été accordée.

«Il y a eu une certaine reprise sur les captures, se réjouit Jean Lanteigne, directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels. On est très près d’atteindre la totalité du contingent, on est à près de 95%. Il ne reste plus grand-chose.»

En 2021, le total autorisé de captures dans le sud du golfe Saint-Laurent était de 24 261 tonnes.

Des conditions difficiles

Même si les débarquements ont finalement été au rendez-vous, la météo et la fermeture de plusieurs zones de pêche en raison de la présence de baleines noires ont compliqué le travail des crabiers, note M. Lanteigne.

«Ç’a été une saison assez difficile parce qu’il y a tellement eu de fermetures de zones en raison de la présence des baleines noires. Je pense que c’est une année record sur le plan de zones fermées», avance M. Lanteigne.

«On peut comprendre l’importance de les protéger, mais ç’a été un véritable cauchemar pour les pêcheurs. Il n’a pas du tout fait beau sur l’eau, les conditions étaient difficiles notamment en raison du vent, donc de devoir constamment changer les casiers d’endroit en raison des baleines, ça n’a pas été facile.»

Le doute persiste chez les transformateurs

La situation des transformateurs de crabe demeure toutefois précaire.

D’après Gilles Thériault, président de l’Association des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick, la demande pour le crabe des neiges sur le marché américain demeure faible.

«La vente au niveau des transformateurs se fait toujours au compte-goutte, constate-t-il. Le prix continue à baisser de semaine en semaine et plus ça baisse, plus on perd d’argent. Ça va être une année très difficile pour l’ensemble de l’industrie de la transformation du crabe des neiges pour tout l’est du Canada, que ce soit au Québec, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick. Nous sommes tous dans le même bateau, pour les transformateurs, ce sera une des pires années qu’on ait connue depuis très longtemps.»

Saison «raisonnable» pour les homardiers

Les nouvelles sont aussi plutôt bonnes pour les homardiers de la zone 23 – qui s’étend de Dalhousie à Pointe-Sapin.

Malgré un début de saison tout en douceur, les volumes des débarquements correspondent désormais aux attentes des pêcheurs.

«Dans la majorité des secteurs, les débarquements ont augmenté à mesure que la saison a progressé, dit Martin Mallet, directeur général de l’Union des pêcheurs des Maritimes. Certaines régions semblent encore tirer un peu de la patte, on a certains pêcheurs qui disent attraper un peu moins de homard, mais on va attendre de faire les bilans à la fin de la saison, le 3 juillet.»

M. Mallet ajoute qu’une diminution du volume des débarquements de l’ordre de 10% était d’ailleurs à prévoir en raison de l’entrée en vigueur de nouveaux règlements du ministère des Pêches et Océans, faisant passer la taille minimale légale de carapace du homard de 77 mm à 79 mm dans la zone 23.

«La taille minimale a été augmentée, mais c’est un peu comme de l’argent en banque, illustre-t-il. L’année prochaine, les homards restés à l’eau auront 30 % de plus de poids et on s’attend donc à de bons débarquements pour la prochaine saison», illustre-t-il.

Alors que les dépenses des pêcheurs – notamment pour le carburant et l’appât – ont significativement augmenté cette saison et que le prix reçu pour leurs homards (environ 7$/livre) n’est pas aussi élevé que ce qu’ils espéraient, M. Mallet estime que la saison dans la zone 23 aura néanmoins été raisonnable grâce au bon volume de prises.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle