Des maires de municipalités du nord de la province se disent préoccupés par les interruptions de services de pédiatrie survenues récemment à Edmundston et à Bathurst.

Le Réseau de santé Vitalité a annoncé l’interruption temporaire du service de pédiatrie à l’Hôpital régional Chaleur, à Bathurst, en raison d’un manque de personnel infirmier. Cela n’affecte pas les services d’obstétrique.

Cette interruption déclenchée le 29 juillet devait se terminer le 3 août, mais a été prolongée jusqu’au mercredi 10 août, à 8h.

Le maire de Campbellton, Ian Comeau, affirme que chaque nouvelle interruption de service est inquiétante.

Les soins d’obstétrique et de pédiatrie sont suspendus depuis deux ans à l’Hôpital de Campbellton.

Jusqu’à la réouverture du service de pédiatrie de Bathurst, des patients pourraient devoir voyager jusqu’à Miramichi pour obtenir ce genre de soins.

«Pour nos citoyens, pour les citoyens du Restigouche, il faudra aller un peu plus loin. Mais ce sera jusqu’à mercredi prochain. On espère qu’un service interrompu ne deviendra pas un service coupé.»

Il affirme que des réunions sont prévues avec le Réseau pour discuter de la pénurie de personnel dans le nord.

«On a des réunions au cours des prochaines semaines avec des haut placés du Réseau de santé Vitalité qui vont nous présenter des plans sur la santé dans le nord, donc on attend de voir quel est leur plan.»

Normand Pelletier, maire de Dalhousie, est outré de la situation. Il croit même que le gouvernement finira par privatiser certains services.

«De la façon dont je vois ça, ça va finir par être privatisé et on va finir par payer pour les services dans le futur proche, parce que ça ne peut pas continuer tel quel. On n’a même pas d’obstétrique à Campbellton, et ça continue à décroître, les services partout dans la province. C’est encore pire dans les régions rurales. Je trouve ça affreux.»

Il affirme qu’il a déjà proposé à la Commission des services régionaux Restigouche d’embaucher une personne chargée de recruter des professionnels de la santé dans la région, et qu’il a l’intention d’aborder la question de nouveau.

«Si on veut attirer des gens à venir s’installer dans nos régions mais qu’on n’a pas de médecins de famille ou d’infirmières praticiennes pour prendre soin de ces gens-là, ils ne viendront pas.»

La situation inquiète également Paul Arseneault, maire de Belledune.

«Tous les niveaux de gouvernement vont devoir trouver une solution, parce que ça ne fonctionne pas, et ce sont les citoyens qui en paient le prix.»

Il faut centraliser des services, selon Bernard Thériault

Le maire de Caraquet, Bernard Thériault, estime que les communautés du Nord doivent prendre des «décisions stratégiques» pour maintenir certains services de santé en place, notamment la pédiatrie et les services d’obstétrique.

Selon lui, le nord-est de la province n’est pas suffisamment peuplé pour se permettre de garder trois hôpitaux régionaux, à Campbellton, Bathurst et Miramichi, avec autant de services.

«Il y a un contexte démographique: on n’a pas la population, dans un contexte de pénurie, pour maintenir trois centres de pédiatrie ou d’obstétrique dans le Nord, surtout quand aucun des trois n’est dans la région où il y a le plus de monde: la Péninsule acadienne.»

Il estime que ces services devraient être offerts à un seul hôpital central.

«Moi, je dis qu’il nous faut un centre régional dans le nord de la province, un vrai hôpital régional à Bathurst, et descendre les services des deux autres pour maintenir de véritables services. (…) Dans le Nord, on devrait faire de Bathurst un super hôpital régional, et faire de Campbellton et de Miramichi quelque chose d’un peu plus petit. Et c’est un maire de la Péninsule acadienne qui dit cela!», lance-t-il en entrevue.

Les services de pédiatrie rétablis à l’Hôpital d’Edmundston

Les services de pédiatrie ont été rétablis à la suite d’une interruption de service cette semaine, d’après un porte-parole du Réseau de santé Vitalité.

La régie avait interrompu ces services du 25 juillet au 5 août en raison d’un manque de pédiatres dans l’établissement.

Les services de pédiatrie ont toutefois été rétablis jeudi matin, un jour plus tôt que prévu, selon Jean-René Noël, directeur des communications du réseau.

«La pénurie de pédiatres touche l’ensemble des établissements du Nord du Réseau de santé Vitalité. Nous redoublons d’efforts en matière de recrutement de ces spécialistes. Pour le court terme, nous devons compter sur les services de médecins suppléants (locums) afin de maintenir l’offre de services», indique-t-il par courriel.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle