IJL – Réseau.Presse – Acadie Nouvelle

Jean-Albert Chiasson, communément appelé Bébert, est connu à Lamèque comme Barabbas dans la passion. Il ne passe plus inaperçu lorsqu’il se déplace avec son camion de pompier modifié de 1940.

Mécanicien de carrière, il a géré son propre garage pendant 32 ans.

«Ça fait trois ans que je suis barré», dit-il. Même si son garage est fermé, il y reçoit de la visite tous les jours.

Maintenant à la retraite, son garage lui sert de terrain de jeu. Il avoue lui-même le garder pour s’amuser.

Bébert est plus qu’un mécanicien, il est homme à tout faire, ce qu’on appelle dans le jargon un «bardasseux», c’est-à-dire que s’il lui manque une pièce, il en fabriquera une ou trouvera un moyen de régler le problème.

En fait, il y a une quinzaine d’années passées, Jean-Albert Chiasson a fait l’acquisition d’un vieux camion de pompier de marque Chevrolet.

«Il y avait juste 2000 milles dessus», indique le garagiste de Lamèque. Bébert a choisi de conserver l’extérieur du véhicule dans sa couleur originale, c’est-à-dire rouillé.

«Il était tel quel, je n’ai rien touché», avise-t-il.

La «Rat Rod» de Jean-Albert Chiasson de Lamèque. – Gracieuseté: Monique Savoie

À l’origine, ce camion était utilisé par la brigade d’incendie de Meductic, une localité située près de Woodstock. Jean-Albert Chiasson l’a toutefois acheté à Tracadie.

«C’était un gros camion ça, je l’ai coupé», affirme-t-il.

Le mécanicien s’est débarrassé de la boîte arrière du camion en coupant la charpente du véhicule, et a conservé la cabine avant. Il a refait la suspension avant et arrière.

«C’est une grosse job», admet-il. Il a travaillé sur sa nouvelle acquisition durant tout un hiver.

«Quand j’ai été l’enregistrer, j’ai dit à la fille que c’était un Chevrolet Rat Rod. La plaque avec Rat Rod, je suis le seul au Nouveau-Brunswick qui a ça», mentionne-t-il.

À cela s’ajoute une roulotte qui a été peinte de couleur rouille pour s’agencer avec l’ancien camion de pompier maintenant désigné sous le nom de «Rat Rod.» Sa roulotte est toujours fonctionnelle.

«C’est l’fun parce que quand je vais quelque part, je n’ai pas besoin de prendre d’hôtel, j’ai ma roulotte», lance-t-il.

Jean-Albert Chiasson traîne cette roulotte sur son véhicule modifié. – Gracieuseté: Monique Savoie

Il affirme avoir remporté plusieurs prix à différentes expositions de véhicules antiques au cours des années, dont celle de Moncton qui est d’envergure atlantique.

Une retraite occupée

À la retraite, Jean-Albert Chiasson n’a pas le temps de s’ennuyer. Bien sûr, en cette période estivale il en profite pour se balader sur l’eau avec son bateau. Mais à l’intérieur de son garage, ou terrain de jeux, on retrouve en l’air au-dessus de nos têtes une voiture Chevrolet Bel-Air, deux portes, de 1953, ainsi qu’une vieille Oldsmobile 88 de 1954.

«Je suis venu au monde en 1953, alors je cherchais un véhicule de cette année-là», raconte le mécanicien. Pour ce qui est de l’Oldsmobile, il en a fait l’acquisition en échangeant un camion qu’il possédait.

Il conserve aussi un camion Ford de 1956.

«C’était le truck à mon frère qui s’est fait tuer dans un accident de chars. J’ai ramassé son truck. Je ne l’ai jamais conduit mais il est dans mon garage», confie-t-il.

Comme si ce n’était pas assez, on retrouve également deux motos à l’intérieur de son terrain de jeux, une Harley Davidson ainsi qu’une autre de marque Indian. Cette dernière date de 2001, mais Bébert l’a retravaillée pour lui donner un air d’époque, comme les vieux modèles des années 50.

«Elle est pas mal prête», dit-il. Il ne reste plus qu’à y ajouter quelques pièces.

Bref, en mettant les pieds dans son garage, on constate que Bébert a de quoi s’amuser pendant un bon bout de temps.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle