Une femme de la région de Bathurst retrouvera bientôt sa bague de finissante qui avait été égarée en juin 1983.

Diplômée de l’école secondaire Népisiguit, Mona DeGrace a malencontreusement perdu sa précieuse bague alors que s’écoulaient les derniers jours de l’année scolaire 1982-1983.

Près d’une année plus tard, Michel Chamberland, un élève de l’institution alors âgé de 16 ans, retrouvait le bijou sur les terrains de l’école de Bathurst.

Une fois de retour à la maison, l’adolescent a fait part de sa découverte à sa mère.

«Il y avait une inscription sur la bague, au nom de Mona DeGrace. J’ai nettoyé et conservé la bague et me suis dit que j’allais tenter de retrouver cette Mona DeGrace», raconte Marie Roy.

La tâche ne s’annonçait pas facile du tout à une époque où les réseaux sociaux et les messageries électroniques étaient encore bien loin d’exister.

«Il n’y avait pas vraiment de manière de la retrouver à cette époque.»

«J’avoue cependant ne pas avoir eu à ce moment-là la présence d’esprit de retourner la bague à l’école. La direction avait encore sûrement les coordonnées de l’élève dans ses dossiers. Le bijou a plutôt pris le bord dans un tiroir de bureau…», a ajouté Mme Roy.

En mai dernier, après une séance de ménage qui devait précéder un déménagement, la résidente de Bathurst est de nouveau tombée sur la bague, ce qui lui a donné le goût de relancer ses recherches.

«J’ai publié un message sur ma page Facebook, indiquant que j’étais à la recherche d’une Mona DeGrace, graduée de l’école secondaire Népisiguit en 1983. Je n’ai cependant pas obtenu de réponse», a indiqué la septuagénaire.

Voilà que le 9 août, une publication sur le réseau social attire grandement l’attention de Marie Roy.

«J’ai une amie qui a publié sur Facebook une photo d’elle prise avec quelques amies, dont une qui était identifiée sous le nom de Mona DeGrace. Ça m’a frappée. J’ai alors communiqué avec mon amie pour lui raconter toute cette histoire et lui ai dit que je devais contacter cette Mona DeGrace.»

La surprise fut totale pour la propriétaire du bijou égaré, qui ne s’attendait pas à revoir un jour son bijou. En fait, l’ancienne finissante croyait avoir possiblement donné la bague à un membre de sa famille.

«C’est impossible, après tant d’années qui sont passées! C’est trop spécial, après presque 40 ans…», a affirmé la quinquagénaire qui devrait retrouver sa bague au cours des prochains jours.

Selon Mme Roy, le bijou se trouve toujours dans un excellent état, même après 40 années, dont une à l’extérieur au sol avec toutes les rigueurs de l’hiver ainsi que la chaleur estivale et la pluie que cela peut impliquer.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle