Dominic LeBlanc a accueilli un invité de marque ce week-end à Ottawa: Jonathan Kehl. Le nom ne vous dit probablement rien. Ce n’est ni un chef d’État ni une célébrité. Pourtant, il occupe une place particulièrement importante dans le cœur de l’homme politique. C’est grâce aux cellules souches de ce jeune Allemand que le député de Beauséjour a vaincu son cancer.

En avril 2019, Dominic LeBlanc annonçait qu’il prenait une pause de la vie politique.

Gravement malade, le député de la circonscription fédérale de Beauséjour indiquait avoir entamé des traitements afin de soigner un lymphome de type non hodgkinien, une forme de cancer du sang.

Trois ans plus tard, M. LeBlanc est complètement rétabli. Sa guérison, il la doit à Jonathan Kehl, un jeune de Bad Hersfeld, une petite ville du centre de l’Allemagne.

À 18 ans, le jeune homme avait accepté de fournir un échantillon de salive afin que son profil génétique figure dans une base de données de potentiels donateurs de cellules souches.

«Il y avait un événement à l’école où à peu près tout le monde a donné un échantillon de salive afin que nous soyons inscrits à la base de données de donateurs, se souvient M. Kehl qui est aujourd’hui âgé de 23 ans. Je n’y avais pas beaucoup pensé, je n’avais pas vraiment envisagé que ça puisse servir un jour, mais je m’étais dit que c’était une manière simple et efficace de potentiellement sauver la vie de quelqu’un.»

Deux ans plus tard, Jonathan Kehl reçoit un appel et accepte de faire un don de cellules souches hématopoïétiques. Ces cellules, qui se retrouvent dans la moelle osseuse, ont la capacité de se transformer dans toutes les cellules qui composent le sang.

À l’époque, le jeune homme ignorait que son don serait envoyé au Canada afin de soigner un homme politique canadien.

Un deuxième anniversaire de naissance

Dominic LeBlanc a reçu sa greffe de cellules souches le 18 septembre 2019, une date qu’il considère aujourd’hui comme étant un nouvel anniversaire de naissance, une deuxième chance à la vie. Il y a environ un an, il a pu faire la connaissance de celui qui a rendu la chose possible.

«La première fois que nous nous sommes parlé, c’était l’automne dernier, raconte M. LeBlanc, qui est aussi ministre des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités. Depuis, on a eu plusieurs discussions sur Zoom et nous avons échangé des courriels. Je l’ai immédiatement invité à venir au Canada, je voulais pouvoir lui dire merci en personne. Il m’a sauvé la vie et je voulais pouvoir lui montrer à quel point je suis reconnaissant pour ce qu’il a fait. Je ne serais pas ici aujourd’hui s’il n’avait pas fait ce don.»

L’occasion de rencontrer en chair et en os la personne chez qui ses cellules souches ont été greffées représentait un moment particulièrement important pour Jonathan Kehl.

«C’est un peu comme si nous avons un lien spécial, c’est presque comme si nous sommes des jumeaux génétiques. On a le même sang maintenant, a-t-il dit lors d’une entrevue téléphonique depuis Ottawa. C’est vraiment génial d’avoir eu l’occasion de se rencontrer comme ça.»

«C’est assez extraordinaire, c’est un jeune homme remarquable d’une petite ville du centre de l’Allemagne qui, par pure générosité, a fait quelque chose pour sauver un inconnu d’une autre partie du monde, dit pour sa part M. LeBlanc. C’est bouleversant quand on y pense, donc comment ne pas vouloir rencontrer quelqu’un avec un aussi grand cœur.»

Un voyage étonnant

Le jeune homme, qui en est à son premier voyage au Canada, n’a pas eu le temps de s’ennuyer depuis son arrivée samedi soir. Il a rencontré plusieurs des collègues de M. LeBlanc. Il a notamment pu s’entretenir avec Justin Trudeau lors d’une rencontre de près d’une demi-heure dans son bureau.

«C’était très touchant d’entendre plusieurs de mes amis, dont le premier ministre et mes collègues, lui exprimer leur reconnaissance et de savoir à quel point ils s’inquiétaient pour moi, il y a trois ans», raconte l’homme politique, qui est aujourd’hui âgé de 54 ans.

Jonathan Kehl ajoute qu’il n’avait jamais envisagé que son don puisse l’amener à traverser l’Atlantique afin de rencontrer le premier ministre d’un autre pays.

Pendant sa rencontre avec M. Trudeau, M. Kehl a même tenté un peu d’humour en abordant les vidéos de sa prestation musicale à la veille des obsèques de la reine Elizabeth II.

«Je l’ai complimenté sur sa belle voix et ça nous a fait rire, raconte celui qui souhaite devenir enseignant. Le premier ministre a chanté un bout de Bohemian Rhapsody dans son bureau pour moi.»

Jeudi, Jonathan Kehl accompagnera Dominic LeBlanc au Nouveau-Brunswick, un moment qu’il attend avec impatience afin de découvrir les grands espaces du Canada.

«Nous serons au Nouveau-Brunswick de jeudi à samedi. Nous allons notamment pêcher sur la Miramichi, et je veux lui faire visiter Grande-Digue et Moncton afin qu’il rencontre ma famille», raconte le député.

Cet automne, M. LeBlanc espère se rendre en Allemagne, une occasion de revoir Jonathan et de rencontrer la famille Kehl.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle